A la recherche d’un logement : La galère continue

Suite à mon projet de déménager à la campagne (cf voir cette article : A la recherche d’un logement : Finistère) je pensais que j’allais enfin voir le bout du tunnel mais comme à mon habitude ces derniers temps mon plan ne se déroula pas comme prévu, même pas du tout, a croire que j’ai vraiment la poisse … Pourtant tout commençais bien, j’avais fait tous les préparatifs avant la signature de l’achat de la petite maison, j’avais pris rendez-vous avec l’EDF pour l’électricité, j’avais contacté orange pour avoir internet, le seul luxe que j’aurais pu me permettre car mes finances commencent a pâtir des expériences manquées de ces derniers temps et j’avais trouvé un centre auto « auto 3000 » sur Quimper qui faisait un forfait embrayage pas trop cher. Seul un petit soucis, je n’ai pas pu avoir un rendez-vous avec un technicien EDF le jour de la signature ce qui fait que j’allais avoir 2 jours sans électricité, donc pas d’eau chaude et pas de chauffage mais a part ça tout se présentait sous de bons auspices.

Le jour J arriva,le 28 novembre, décollage pour Rosporden pour l’office notarial ou j’allais conclure la vente de la maison dans le Finistère, je partis sur les coups de 8h du matin, je pris l’autoroute mais c’est seulement car j’étais un peu pressé, comme le rendez-vous était à 14 heure je pouvais pas trop me permettre d’arriver en retard, mais sinon j’aurais pris les petites routes car a cause des antennes tous le long de la route qui émettent la radio et la téléphonie mobile ça me déclenchent les rougeurs sur mon visage ce qui fait que quand je suis arrivé sur place j’avais le visage rouge comme une tomate … Mais a part ça, aucun problème particulier lors de l’allée, même mon embrayage qui commençait a être fatigué a tenu le coup pendant le trajet.
J’arriva vers 13h30, je me rendis chez le notaire et j’attendis 15, 20 minutes le représentant de l’organisme vendeur du bien immobilier, peut être 5 minutes après son arrivé, le notaire nous pris en charge. Comme a l’accoutumé on parcours les documents officiels, on passe en revue les analyses faites par le diagnostiqueur, on confirme les informations concernant l’état civil et on fait la relecture du compromis de vente. Après tous ça, on passe au paraphage et à la signature définitive. Après ça remise des clés et c’est bon je suis propriétaire d’une petite maison ou je vais pouvoir vivre enfin normalement, enfin ça c’est que je croyait mais je vais le découvrir un peu plus tard …

Retour à la voiture, je me dirige vers mon nouveau chez moi, 20 minutes plus tard j’arrive enfin et je commence à prendre possession des lieux. Comme mon embrayage était un peu « light » je n’ais pas pu me charger trop ce qui fait que j’ai pris le minimum vital, quelques changes, un matelas et un duvet pour les nuits fraîches et puis c’est tout a peu de chose près. Je commence a lever mes stores et je vais commencer par découvrir un petit cadeau de bienvenue des locaux : a l’extrémité de mon jardin j’ai un arbre et sur celui-ci je vais découvrir un noeud de pendu fixé sur celui-ci, sympa l’accueil, je sens que je vais bien m’entendre avec certains habitant de ce petit bourg … Enfin a la limite, ça je m’enfou, le principal c’est que je me sente bien et que je puisse reconstruire une vie normal, après qu’il y est des mécontents qu’un « parisien » s’installe prêt de chez eux, ça me passe un peu au dessus, du moment que ce genre d’incivilités ne dépasse pas une certaine limite …

Je commence a installer ce qui va être mon lit de fortune, mon matelas gonflable que j’utilise lors de mes sorties camping, une fois tout en place, il faut que je me renseigne pour l’eau, comme la gestion est communale, il faut que je me rende à la mairie pour faire le nécessaire. Je suis accueillie par une employée de mairie qui pour un premier contact est un peu froid, limite suspicieux et puis par la suite quand dans la discussion je vais évoquer que je suis en train de m’installer elle va devenir un peu plus joviale. Pour l’eau, il faut faire une demande écrite pour lancer l’activation du compteur d’eau. Obligé de faire un aller/retour pour écrire a l’arrache cette demande, faut que je me dépêche car c’est pas comme dans la région parisienne, ça ferme souvent tôt et il est presque 16H. J’arrive a temps et elle lance le processus d’activation, elle contacte un employé communale qui passera 1/2 heures plus tard. En 10 minutes c’était fait, le temps d’ouvrir l’accès a l’eau sur la voie publique et de faire un relevé du compteur, j’en profite pour demander ou était le centre commercial le plus proche pour faire les achats de base, il m’indiqua celui qui ce trouvait à Gourin.

Petit tour au Leclerc du coin pour faire les achats de première nécessité, il fallait que je mange et que je m’éclaire car comme j’ai dit plus haut je n’allais pas avoir de lumière avant deux jours et comme en hiver il fait nuit assez tôt il faut que je puisse voir un minimum. J’ai donc pris des bougies, des crêpes pour faire honneur a ma région d’accueil et une boite de ravioli, ça fera l’affaire pour la première soirée.

Retour chez moi, il commence a faire nuit et j’ai complètement oublié de prendre des allumettes pour les bougies, heureusement que j’avais ramené une bouteille de gaz avec un embout pour faire cuir les aliments avec un allumeur intégré, ça va me sauver la mise concernant ce problème logistique. J’appréhende un peu la première nuit, une maison vide c’est assez glauque alors en plus quand l’éclairage est assuré par deux bougies en tout et pour tout ça met pas en confiance … Finalement je n’ai manger que quelques crêpes et un thé bien chaud pour me réchauffer car le froid commence a s’installer. Pour preuve quand je respirait je voyais un petit nuage de vapeur d’eau comme quand la température est très faible à l’extérieur sauf que la c’était à l’intérieur …

La première nuit fut pas très reposante, il faisait tellement froid que je décida de m’endormir avec les vêtements que j’avais sur moi, une couche de plus pour lutter contre le froid c’était pas du luxe même si c’était pas très hygiénique. Mes acouphènes qui sont de plus en plus présent n’aide pas au repos et en bonus j’ai eu le droit au chien du voisin qui se mettait par moment a aboyer continuellement pour je ne sais quelle raison, il y a rien aux alentours a part des champs …
Et pour finir en beauté je commence a avoir des légers picotements au niveau du visage quand je suis couché sur le matelas alors que jusqu’à maintenant je me sentais plus tôt bien …

Le lendemain, j’ai eu un peu la gueule de bois, la nuit comme je l’avais prévu avait été difficile, mes picotements était encore plus présent mais pas encore insupportables, j’espérais que ça allais ce stabiliser car sinon j’allais être propriétaire d’une maison que je pourrais pas habiter … D’ailleurs je ne comprenais pas trop pourquoi, puisqu’il y avait pas d’antenne dans le coin, l’électricité n’était pas branchée et donc il me restait qu’une hypothèse qui était que les installations électrique dans ma rue sont enfouies et que les champs électromagnétique remontent par le sol. Ça va ce confirmer car quand je vais me lever, mes picotements vont un peu s’estomper … Un petit dej rapide et je vais un peu me balader du coté de Quimper, comme je ne connaissait pas trop les lieux et qu’il fallait que je trouve le garage qui allait me faire mon embrayage et puis ça passera le temps. Pendant cette petite balade mon état s’améliore, en tout cas je ne ressent plus mes picotements ce qui signifie que la région est assez épargné par la pollution aux champs électromagnétique. je continu ma petite balade dans la journée et puis finalement sur les coups de 17H je me décide de remettre ma voiture.

Le garage auto 3000 se trouvait sur Quimper sud, il était géré par deux quinqua qui venait de s’installer un peu moins d’un ans auparavant, eux aussi était partie de leur région normande pour « émigrer » dans la région bretonne. Il pratiquait des tarifs vraiment agressif, le forfait embrayage se montait à 650 € alors que sur Paris, même dans les petits garages j’avais eu des devis qui ne descendait pas en dessous de 1000€. Les techniciens étaient jeunes mais bon du moment qu’ils faisaient correctement leur travail ça me dérangeait pas plus que cela. Je donne ma carte grise pour en faire une photocopie et on me remet les clés d’un Picasso en tant que véhicule de remplacement gratuit. On m’indique que le lendemain ils me préviendront dés que mon véhicule sera prêt et que pour le véhicule de prêt je devais juste remettre le plein au même niveau que je l’avais trouvé.

Retour chez moi, il commence déjà à faire sombre et je fais passer une deuxième nuit sans électricité, il fait encore plus frais que la nuit précédente, un vrai calvaire, je me demande comment font les gens pour vivre dans la rue dans ces conditions, moi qui ais un toit c’est presque insoutenable alors à l’extérieur ça doit être horrible. Le crainte que j’avais eu concernant les picotements vont se confirmer, dès que je me suis couché j’ai recommencé a les avoirs mais encore plus prononcés que la veilles, ça devenait de plus en plus insupportable, j’arrive néanmoins à passer la nuit tant bien que faire ce peu.

Le lendemain j’ai les membres engourdi par le froid, le réveil est vraiment désagréable, mon visage est grillé par le champs électromagnétique que j’avais décelé hier et maintenant il faut que j’attende le technicien pour avoir enfin l’électricité et comme par hasard la plage horaire est de 10h à 15h, que faire pendant cette période, j’ai commencé par faire un peu de ménage, un peu d’écriture pour ce blog et puis j’ai tourné en rond pour la reste du temps. La seule peur c’était que le fait de remettre l’électricité allais rajouter une couche au niveau de la pollution électromagnétique déjà présente. Étrangement lorsque je suis debout je récent moins ses effets, mais bon c’était toujours trop à mon gout. Sur les coups de 14h30 le technicien arrive, il active le compteur qui était à l’extérieur de la maison, d’ailleurs j’ai pas trop compris pourquoi ma présence était nécessaire dans un premier temps, mais il m’indiqua qu’il y avait des risques que dans certains cas des appareils électroménagers comme des plaques électriques pouvaient être allumées ce qui pourrait créer de fâcheux incidents …
L’électricité enfin activé, je test le ballon d’eau chaude qui va s’avérer fonctionnelle mais par contre j’ai un petit problème pour faire fonctionner les convecteurs électriques qui sont sur le même circuit électrique. Finalement je trouve un interrupteur sur le tableau électrique qui semblait être fermé et comme il y a rien de marqué sur le tableau j’y vais un peu au pif. Coup de bol c’est ça et je peut enfin chauffer un peu la maison, c’est la ou on voit que même si cette technologie m’engendre des désagréments, c’est quand même appréciable, mais j’aurais quand même préféré me chauffer au bois mais dans l’immédiateté ce n’était pas possible. Maintenant que tout était prêt je ne pensais qu’a revenir chez mes parents car je n’avais plus grand chose à faire sur place puisque j’avais rien ramener avec moi et je dois dire que mes picotements m’avaient un peu refroidis …

Mais un imprévu va faire que je vais devoir encore rester sur place cette nuit. Le soir, dans les environs de 16H je téléphone pour savoir si ma voiture est prête , on m’indique qu’elle le sera vers 17h. Je m’avance un peu car il faut bien 1/2 heure pour allez à Quimper, je m’arrête au Macdo pour prendre un thé et une Mandise le temps d’attendre l’heure prévue. Je me rend donc au garage, ma voiture n’est pas encore prêtre, je vais encore attendre 1/2 heure, pendant ce temps je vais discuter avec la gérante. Une fois ma voiture terminée, le technicien fait un test sur route et reviens en indiquant que tout est ok sauf qu’il y a une fuite au niveau de la pipe a eau d’où a coulé du liquide de refroidissement mais elle s’est résorbé toute seul, néanmoins il me conseil de la faire changer au plus vite. Je règle la note et prend possession de ma voiture, et pendant le trajet du retour je constate que ma voiture a la maladie de parkinson, elle arrête pas de tremblée quand j’accélère et que je suis en sous régime, elle fait un bruit étrange quand je monte dans les tours et j’ai des claquements métalliques aléatoires … J’ai bien l’impression qu’ils ont merdé l’intervention et je sens que je vais pas pouvoir rentrer dans la soirée. Arrivé chez moi, je fais ce que j’aime pas trop faire c’est de sortir du mode avion mon téléphone portable et téléphoné de suite au garage. J’ai la gérante au téléphone qui me dit que je peut revenir le lendemain matin à l’heure d’ouverture, c’est à dire 9H. Et merde je suis bloqué encore pour une nuit …

La nuit fut encore pire que les autres au niveau des picotements, je sais pas si c’était le fait que j’avais l’électricité ou pas mais c’était vraiment intenable, ça commençait a ce transformer en échauffement ce qui n’était vraiment pas bon signe pour la suite de la nuit. Mon sommeil fut de courte duré, car ce fut un long calvaire et dès le lendemain matin je me rendis au garage dès l’ouverture. En arrivant je tombe sur le technicien qui a fait l’intervention sur ma voiture, je lui indique le problème de vibration, il prend une house de protection et s’installe dans ma fiesta. Je m’installe coté passager et on commençe le test sur route. Il constate bien les vibrations mais pour lui rien d’anormal, les vitesses passaient bien et l’embrayage fonctionnait correctement. On est revenu au garage, il la passa au pont et ne constata rien d’anormal et puis ça s’est arrêté la. Je comprend bien qu’ils ont pas envie d’aller plus loin dans l’investigation et je commence a être un peu lasse de tous les problèmes qui me tombent sur le coin de la figure. Je demande néanmoins si elle va pouvoir tenir les 500 km du retour et bien sur le cogérant me répond par l’affirmatif tout en ne sachant pas d’ou viennent ces tremblements …

Retour chez moi, les tremblements de ma voiture ne s’estompe pas et ça me donne pas trop confiance pour la suite du trajet mais bon je pourrais pas rester une nuit de plus dans les conditions de la nuit dernière. Je rassemble mes affaires et les charge dans la voiture, je ferme les volets arrière, l’électricité et l’eau au cas ou, j’allais pas forcer ma chance surtout ces derniers temps … Décollage sur les coups de 10h30, le chemin va ce passer sans trop de problème, je vais passer par les petites routes, ça prendra plus de temps mais j’espère ainsi limiter la casse en ce qui concerne ma voiture. Durant le trajet, rien de particulier, la voiture vibre un peu moins quand elle est dans les 2000tr/min donc j’essaye de garder ce régime moteur tout le long. Je vais avoir confirmation de l’origine de mes picotements quand je vais traverser une ville dont l’électricité est enfoui, ça m’a réactivé mes picotements assez rapidement d’autant plus que j’avais été sensibilisé pendant ces trois jours …

Arrivé vers 17h, ma voiture a tenue le coup mais mon morale en a pris un coup, surtout que j’ai eu le temps de ressasser toutes les erreurs accumulées ces derniers temps et je commence réellement a saturer. Je suis propriétaire d’une maison dont je ne suis même pas sur que je puisse habiter, je suis persuader que l’intervention a flinguer ma voiture, tous est pour le mieux dans le meilleur des mondes (sic) … Je sais plus trop ou j’en suis et surtout trop quoi faire. Rester chez mes parents et attendre que mes acouphènes deviennent insupportable et que mon état se dégrade graduellement surtout que je découvre une petite surprise à mon arrivée , mon père a changer de fournisseur d’accès internet et est passé chez SFR dont je ne sais même pas si je vais supporter le wifi de celle-ci … La seconde solution c’est d’aller dans une maison ou il y a de grand risque que mon état ce dégrade encore plus rapidement, pourtant je l’avais visité deux fois pendant plus d’une heure à chaque fois, ça ne m’avait rien fait et en plus il y a quasiment rien comme champs électromagnétique haute fréquence dans le coin, pas d’antenne au de la de 2 km et une borne wifi mais très faible, mon pc portable ne le capte qu’a une barre, donc peanuts quoi … Le pire c’est que si j’avais quitté mon poste ne serait ce que deux mois plus tôt à la Défense, je n’aurais pas eu ces brûlures au niveau du visage et j’aurais pu vivre normalement, la vie ne tient pas a grand chose des fois …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s