Free, un mal pour un bien ?

Ou comment la concurrence pourrait être bénéfique pour la réduction de l’exposition aux champs électromagnétiques

free_affiche

Alors je sent que je vais pas me faire des amis parmi ceux qui sont électrosensibles ou ceux qui ont vu apparaître des pilonnes avec des antennes Free près de leurs habitations mais bon je vais essayer de m’en expliquer.

L’aire numérique pour le 3me age : c’est pas gagné

je vais commencer par faire du 3615 my life pour illustrer mes propos, il y a deux semaines m’ont grand père eut ouïe dire par son aide ménagère que « frite » ( comprenez free 🙂 ) proposait des forfaits pas cher, en tout cas moins cher que ce qui était proposé par Bouygues Telecom, 23€ pour être exacte. Le hic c’est que lors de l’arrivé de Free dans le paysage de la téléphonie mobile mon grand père avait été prospecté par un de ces call center et lui avait arraché le « oui » magique qui vous fait renouveler votre forfait pour deux ans. D’ailleurs j’en profite pour passer un coup gueule contre ces méthodes dégueulasses qui profitent des gens un peu faible pour abuser d’elle, les autorités devraient les obliger à signer un contrat en bonne et due forme. Bref dommage pour Bouygues, le forfait était au nom de ma grand mère qui malheureusement pour elle, était décédée il y a plus d’un an et ce qui permis de casser le contrat immédiatement sans avoir de pénalité.

Au même moment je commanda une SIM à free avec un forfait 2€, ça pas été sans mal car son ancien portable ne pouvait plus être désimlocker par l’opérateur et donc j’ai été contraint d’acheter un nouveau portable, honte à moi :/ . La ou ça ce corse c’est que j’ai envoyé la carte sim chez mon grand père et comme il n’a pas internet et qu’il faut activer la ligne, j’ai dû lui demander le code ICCID :

    – le quoi ?!? ❓
    – le code en dessous du code barre
    – y pas de code , je vois rien 😯
    – mais si en dessous du code barre
    – non non je vois rien … 😐  »

Enfin un dialogue de sourd quoi 😕 … Il va s’avérer que j’ai oublier d’indiquer que le code était derrière la carte et il a fallu que je trouve une solution pour activer sa ligne … finalement je vais être encore une fois contraint de faire un truc que j’aime pas trop faire et surtout que je ne devrait pas faire : du tethering … En gros vous branchez votre téléphone portable a un ordinateur pour s’en servir comme modem, en l’occurrence le portable à ma mère avait un forfait data donc pendant 2/3 minutes j’ai dû m’exposer pour l’activation de la ligne, même si ça m’a rien fait en apparence à l’avenir va falloir que j’arrête ce genre de chose …

cinq minutes plus tard la ligne est active et mon grand père peu enfin profiter de son nouveau téléphone portable .. Euh en fait non, ça c’est dans mes rêves, une chose que j’avais pas pris en compte c’est le service après vente et j’ai pas été déçu. C’est la ou on voit qu’il y a un gouffre intergénérationnel entre les « anciens » et ceux de la génération connectée. Pourtant j’avais pris un téléphone le plus simple possible, un Samsung GT-E1050, écran et clavier à l’ancienne, comme son ancien Sagem mais non, aussi simple soit-il, ça a été une galère pour la prise en main de ce téléphone …

samsung-GT-E1050

Ça prendra le temps que ça prendra mais bon c’est fait, au lieu de payer 23€ pendant encore plus de 12 mois, soit prês de 300€ , il ne paiera plus que 2€ par mois, donc 24€ pour la même période c’est qui n’est pas anodin comme gain au niveau du pouvoir d’achat, plus de 250€ d’économie.

Free : stratégie destructive pour l’industrie du mobile

C’est la ou la stratégie d’Illiad va être destructive pour l’économie dans le domaine de la téléphonie mobile a trop casser les prix, la ou plusieurs centaines de milliers de personnes dépensaient 300€ il ne vont plus que dépenser qu’une 20 aine € sans parler des forfaits data. Dans le jargon économique ça pourrait s’apparenté a du dumping, c’est à dire de la vente de service a bas prix voir à perte et dans un premier temps c’est l’activité adsl de cette société qui permet de compenser les dettes de la partie mobile. Mais comme normalement c’est illégal et que je voudrais pas me taper une plainte pour dénonciation calomnieuse ou un truc du style, je répète ça s’apparente seulement 😀 .
Dans tous les cas, les conséquences sur le marché du mobile ne ce sont pas fait attendre, souhait de Vivendi de ce séparer de SFR, même un rachat de SFR par Free a été évoqué, pour Bouygues Télécom c’est pas la fête non plus, obliger de vendre ses infrastructures pour lever de l’argent frais, il n’y qu’Orange qui s’en sort a peu près correctement car il loue ses infrastructures a Free pour le moment tant que celui-ci n’a pas déployé son propre réseau jusqu’en 2018.

Mais c’est pas fini, au niveau de l’emploi c’est pas très gaie non plus, plusieurs plan sociaux ont été évoqué dans les médias pour les deux compagnies qui ont le plus de difficultés a contrer les offres agressives de Free, un peu plus de 800 salariés sont concernés chez SFR, et pour Bouygues c’est pas beaucoup mieux, prês de 500 personnes sont concernés. Ceux dont on parle le moins c’est les sous-traitants, les variables d’ajustements qui passe inaperçu quand il y a un délestage comme dans les centres d’appel, j’en sais quelque chose je faisait parti d’eux quand la banque HSBC a viré une partie de ses sous-traitants lors de la crise des subprimes en 2007. Encore une fois seul Orange s’en sort et arrive à maintenir ses effectifs officiels.
Quand on voit la stratégie appliquée pour contrer Free on peut ce demander si les points de vente ne vont pas être touchés à leur tour, car avec les offres RED, SOSH et B&YOU, en plus d’être concurrentielle au niveau tarifaire, tout ce fait par internet et plus besoin de maintenir des magasins qui doivent devenir de moins en moins rentable, il n’y a qu’a voir la fermeture envisagé des Phone House avec lequel Bouygues Telecom avait un partenariat. On retrouve aussi des effets de bord sur les intermédiaires comme TDF qui se sépare de sa branche de déploiement mobile Gobé ce qui indique qu’il ne fait plus trop bon d’être installateur d’antenne ni même producteur vu la santé d’Alcatel-Lucent Alcatel-Lucent : le plan social touche la R&D et les fonctions support.
Ironiquement il semble que Free soit lui même victime de sa propre stratégie low cost et soit en quête de capitaux frais notamment avec le coup de semence fait à google en bloquant les publicités afin que celui ci mette la main à la poche

Opérateur en situation délicate : tentative d’innovation

Tout ceci à pour conséquence une tentative de démarcation des opérateurs historiques, ce qu’ils essayent de vous faire croire avec la démocratisation de la LTE/4G lors de spot de pub, car elle ne concerne qu’une poignée de villes, même Paris n’est pas couverte grâce notamment à l’action de robin des toits ou de l’utilisation des technologies dual Carrier/H+ par exemple pour SFR.
Mais s’ajoute aussi forcément une réduction et une rationalisation des coûts ce qui implique qu’au niveau infrastructure les investissements seront potentiellement moindre et donc avant de voir la France couverte totalement en 4G, les poules auront des dents.Mais le pire de tout c’est que malgré le fait d’investir dans la 4G, il ce pourrait bien que le retour sur investissement ne soit pas au rendez-vous car les consommateurs ne sont plus prêt à mettre autant d’argent dans les abonnements, ni de changer de téléphone compatible LTE, d’autant plus qu’ils ne sont plus subventionner dorénavant avec les abonnements sans engagement, un article sur le marché coréen illustre bien ce paradoxe, Selon les opérateurs sud-coréens, la 4G n’est pas un si bon investissement.
Ajouter à cela qu’ils devront supporter le poid des infrastructures existantes, notamment en ce qui concerne la maintenance, le remplacement des matériels défectueux et les locations attribués aux propriétaires privés et aux bayeurs sociaux qui hébergent ces antennes tout en ayant une manne financière amoindrie, au final peut être que la technologie 4G ne sera qu’une chimère et accentuera la perte de bénéfices de ces opérateurs historiques fragilisés par l’arrivée de Free …

Contrer free par la mutualisation

L’ensemble de ces déconvenues dans le secteur du mobile tendent à me faire penser qu’il y a une chance que tous les opérateurs soient contraint à mutualiser leurs réseaux, tout du moins pour les plus petits et donc ainsi contribuer a une réduction du nombre d’antenne sur l’ensemble du parc français et par conséquence homogénéiser l’exposition aux champs électromagnétique. De plus le chiffre d’affaire généré par l’industrie du mobile va certainement s’effondrer et ne retrouvera jamais les valeurs de l’avant Free et le nombre d’emploi lié sera lui aussi réduit. Le lobbying sur les politiques sera peut être moindre et peut être que ça fera bouger le curseur au niveau de la reconnaissance des nuisances induites par ces technologies sans fil.

Si vous aussi vous êtes sensibilisé a ce type de problème vous pouvez amplifiez cet « effet free » assez facilement, Comme pour le moment l’ensemble des opérateurs ont une activité fournisseur d’accès internet qui amortit les pertes actuelles je vous conseil de choisir un fournisseur alternatif, vous avez comme choix par préférence FDN qui est un fournisseur associatif ou OVH. Je dois en oublier mais tous ceux qui n’ont pas d’activité mobile feront bien l’affaire. Ce qui viendra réduire encore la marge des opérateurs télécoms et les obligerons a réduire encore plus leurs dépenses ;).

@+ Jay

Maj 07/01/13 : SFR semble à contre courant de ce que je viens de dire et indique au journal les echos qu’il continuera à maintenir ses investissements : SFR ne taillera finalement pas dans ses investissements , a moins que ça soit une opération com pour éviter de faire fuir les repreneurs potentiels, il faudra voir ce que ça donne sur le long terme. L’opération de communication ce confirme, il n’y a qu’a voir le compte de twitter de sfr : operation com de SFR sur twitter

Maj 10/01/13 : Mes doutes concernant les dernières annonces de SFR sont confirmés par un autre article des echos, comme le disent si bien les syndicats, « Vivendi veut rendre la mariée plus belle » : Les syndicats de SFR tirent sur Vivendi plus que sur Free

Maj 11/01/13 : La maison mère Bouygues viens de renflouer sa filiale Telecom à hauteur de près de 700 million d’euros : Bouygues Telecom a été renfloué

Orange semble être le grand gagnant dans l’entré de Free et il est en train de le saigner car il a certainement mal anticipé la quantité de data nécessaire pour l’itinérance : Free Mobile : la facture de l’itinérance payée à Orange ne cesse de flamber mais quid des débits ?

Maj 24/02/2013 : SFR jusqu’a présent a dénier être à vendre mais pourtant Numericable prépare une offre de rachat de SFR

Maj 02/03/2013 : SFR est en train de jouer au poker menteur et ça ce confirme avec l’annonce de la fermeture de 150 magasins dans toute la France …

Maj 07/03/2013 : Orange dénonce le partenariat qu’il avait avec PhoneHouse, 1200 employés seraient sur la sellette … : Lâché par Orange, The Phone House « envisage » le dépôt de bilan

Maj 12/06/2013 : SFR souhaiterait rentrer en bourse pour ramener un peu d’argent frais, un truc est sur, si vous voulez vous faire rincer deux fois, la première à l’introduction et la seconde quand FREE annoncera son offre 4G … Il faut le savoir l’ensemble de l’architecture qui est mise en place est compatible 4G suffit juste de l’activer, comparer à quelques centaines de villes pour SFR ça va certainement faire mal …

sfrrentreenbourse

Maj 23/07/2013 : Comme je l’annonçais dans mon article, SFR et Bouygues Télécom vont surement mutualiser leurs réseaux de téléphonie mobile, la pression sur les prix des abonnements ne doit pas trop laisser de marge de manœuvre aux opérateurs ayant une plus faible part de marché que l’opérateur historique. La mutualisation entre SFR et Bouygues concernera la 2G, la 3G et la 4G

Maj 12/09/2013 : Vivendi annonce qu’il va ce séparer de sa filiale SFR courant 2014.

twitt_sfr_vivendi_separation

Maj 5/12/2013 : Grande annonce de Free qui propose sa 4G au même prix que les forfait 3G classique avec un fair use de 20 gigaoctet soit 20€ et ça descend à 15.99 si on est déjà client freebox. A première vue c’est une claque pour les opérateurs rivaux mais pour le moment avec son nombre limité d’antennes (700), le peu de fréquence (une bande de 20MHz) et le type de fréquence qui est désavantageux, car la bande de fréquence obtenu est dans les 2600 MHz et le signal à cette fréquence a tendance à moins bien capter en intérieur.

Les critiques ne ce sont pas fait attendre, le PDG d’orange a déclaré que l’offre de Free etait « du vent » et certains ministres ont émis des avis critiques envers l’offre de free car elle remet en cause la question de l’investissement dans le secteur juteux des télécoms, déjà que Montebourg l’avait mauvaise car Free n’avait pas opté pour une infrastructure issu de l’équipementier Alcatel-lucent. Derrière ce mélo-drame politico-financier initié par les politiques ce cache un jeu de dupe, en effet Free sait pertinement qu’il n’aura pas un réseau de bonne qualité au niveau de la couverture avant un certains temps et il est en train de tenter de négocier la fin du contrat d’itinérance qu’il a avec Orange pour une mutualisation des infrastructures avec ses concurrents direct qui sont SFR et Bouygues Télécom mais c’est sans compter encore Fleur Pellerin qui voit ce regroupement d’infrastructure d’un mauvais oeil et ce pour trois raisons principales.

La première est que free en mettant cette offre low cost en place aussi rapidement, tente de forcer la main pour que cette mutualisation ce fasse à marche forcée, et on n’aime pas trop ce faire dicter notre conduite, surtout quand on est ministre. Deux, si la mutualisation ce fait, ça impliquera une baisse d’investissement dans les infrastructures et donc ça ne fera pas l’affaire encore une fois des équipementiers télécoms dont Alcatel-Lucent qui n’est pas en très grande santé financière. Enfin, dernière raison et non des moindres c’est que cette alliance sera une épine dans le pied d’Orange, car il va devoir supporter les coûts d’une infrastructures national alors que les concurrents d’en face vont devoir supporter des coûts d’une infrastructure beaucoup moins grande puisque repartis entre trois opérateurs. Et donc le retour sur investissement va être beaucoup plus intéressant du coté de ceux qui ont mutualisé et beaucoup moins du coté d’Orange, mais alors que viens faire l’Etat dans l’histoire ?

Tout simplement que l’Etat possède 27% du capital d’Orange et qu’il en tire des dividendes assez substantifs et comme le montre cet article de Bastamag, l’Etat providence a lui aussi un coût et voir ses recettes diminuées n’est pas soutenable a long terme en ces temps de disette budgétaire. Ajouté à cela que les licences pour émettre qui sont normalement attribuées aux enchères vont beaucoup moins être rentables puisqu’il y aura moins besoins de fréquences et donc l’Etat va être perdant encore une fois … Maintenant reste à savoir si l’état va s’arc-boutée sur le modèle de la concurrence par les infrastructures ou lâchera du leste sur cette mutualisation, mais connaissant les loustics au pouvoir, on risque d’assister à un accouchement non sans douleur de cette mutualisation.

Maj 20/12/2013 : On assiste à une vrai guerre des tranchées entre les opérateurs historiques et le nouveau venu, riposte des anciens sur les offres 4G Low-cost qui ce positionnent légèrement plus cher que free mais bien en dessous du démarrage de la nouvelle génération de téléphonie mobile ce qui était prévisible, la ou ça devient intéressant c’est que Bouygues relance la guerre dans l’ADSL, c’est à dire la ou les opérateurs font leur beurre, si ça continu comme ça on va assister à l’implosion du marché des télécoms dont les prix sont en pleine déflation perpétuelle ces dernier temps mais ça ne pourra pas durer éternellement sans voir apparaître quelques cadavres.

Maj 13/03/2014 : Coup de Trafalgar dans le domaine des télécoms ces derniers jours, plus question de mutualisation des infrastructures entre les opérateurs Bouygues Télécoms et SFR, maintenant c’est une vente pure et simple de SFR qui est avancé par Vivendi et les deux principaux intéressés sont Numéricable et Bouygues Télécoms. Deux stratégies différentes pour ces deux sociétés, la première cherche a acquérir une autonomie dans le mobile en rachetant entièrement SFR ce qui lui permettra de proposer des offres triple-play (ADSL+Fixe+Mobile), pour le second, il cherche simplement a sauver sa peau car si Numéricable acquiert SFR il sera le plus faible opérateur dans le marché de la téléphonie mobile française et dans le cas inverse il sera presque au niveau d’orange notamment en terme de SIM en circulation, 32 million pour Bouygues si le rachat est effectif contre 27 million pour Orange. Seul bémol quand au rachat de SFR par Bouygues, éviter de ce mettre à dos l’autorité de la concurrence et c’est pour cela qu’il est prêt à céder son infrastructure et ses fréquences à Free. Le ministre du redressement productif a bien sur mis son grain de sel dans cette affaire et c’est à croire qu’il est complètement à la masse, il serait favorable à l’offre de Bouygues ce qui signifierait une consolidation du marché des Télécom français en revenant à l’avant Free, c’est à dire 3 opérateurs. Première objection, à quoi bon laisser un quatrième opérateur rentrer dans le marché du mobile pour revenir à 3 deux ans après, c’est complètement incohérent. Ensuite la consolidation du marché va avoir des répercutions sur l’emploi encore une fois, comment Bouygues va-t-il gérer les doublons au sein de sa masse salariale, déjà que Free avait déstabilisé le marché à ce niveau, ça sera certainement un nouveau coup dure dans l’emploi dans les télécoms. Autre aspect que les médias ont peu évoqué, c’est qu’Orange ne sera plus en position de leader incontesté du marché et ça va certainement impacter son chiffre d’affaire, ses revenues et les dividendes versés aux actionnaires dont l’état détient 27% du capital et a touché en dix ans 27 milliards d’euros. Comment ce ministre peu être en faveur de cette consolidation du marché de la téléphonie mobile ce qui serait clairement en défaveur de la poule aux œufs d’or de Bercy, c’est incompréhensible. La réponse de Vivendi sera connu en fin de semaine, reste à savoir comment vont se comporter les autorités de régulation qui pourraient très bien mettre des bâtons dans les roues de cette transaction, wait and see donc.

Maj 30/10/2014 : Le marché de la téléphonie mobile a bien changé depuis la dernière mise à jour, Numéricable a fini par avoir la dernier mot concernant le rachat de SFR en avril dernier, même si la problématique de la concurrence ce pose, il n’en reste pas moins que normalement ce rachat devrait ce terminer en novembre si tout va bien. Le contexte politique a lui aussi changé puisque nous n’aurons plus a subir les frasques d’Arnaud Montebourg car il a été écarté du gouvernement. Maintenant il ne reste plus que la mutualisation entre SFR et Bouygues Télécom qui reste a conclure et à priori ça serait sur la bonne voie, il manquerait plus que free prenne part à cette entreprise et on risque de voir un revirement substantiel dans le marché du mobile et le grand perdant dans l’histoire serait Orange.

Maj 27/12/2015 : Ça va faire maintenant plus d’un an que le marché des télécoms semble être stabilisé même si cet été il y a eu un soubresaut quand Patrick Drahi, le PDG de SFR-Numéricable, a proposé de racheter Bouygues Télécoms pour 10 milliard d’Euros mais un refus lui a été signifié par peur du « dépeçage de la bête ». Car c’est bien ce qui se présente dans le rachat de SFR comme l’indique le site arrêtsurimages.net où les cadres passent à la moulinette, ça ressemble de plus en plus à un LBO (leverage bail-out) où tant que les actionnaires peuvent se gaver sur le dos du salariat et des sous-traitants, ça continuera un petit bout de temps, jusqu’au jour où ça ne sera plus possible et je ne serais pas surpris de voir un jour le tout (SFR et Numéricable) revendu comme de vulgaires entreprises de seconde main.

Pour ce qui est de Bouygues Télécoms, des rumeurs évoquent des pourparlers pour un rachat par Orange ce qui sera un bon coup pour l’ancien opérateur national car il sera en position dominante au niveau des parts de marché, ce qui est déjà le cas, mais amplifierait encore plus ça position, ce qui va poser beaucoup d’autres questions. L’ARCEP va-telle autoriser ce rachat sachant qu’il y aura un déséquilibre au niveau du marché qui de plus redeviendra oligopolistique. Au niveau des infrastructures il y aura aussi un déséquilibre puisque Orange est l’opérateur dont le réseau est le plus déployé avec Bouygues Télécom, du coup, est-ce qu’une revente de l’infrastructure de Bouygues à Free va-telle être négociée ? Qu’est-ce qu’il en sera du projet de mutualisation entre SFR et Bouygues Télécom, sera-t-il toujours effectif ou est-il déjà abandonné? ça fait pas mal de questions mais dont la finalité sera sûrement positif puisque ça se fera au bénéfice de l’État-Actionnaire qui va recevoir encore plus de dividendes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s