MDPH et électrosensibilité : l’Académie de Médecine l’a de travers

académie_médecine_fronton

Cette histoire d’aide de la Maison Départementale des Personnes Handicapées pour un électrosensible n’en fini pas de faire couler de l’encre, dernièrement c’est l’Académie de médecine qui nous a fait part de son avis dans une note visant à déplorer la position de cette institution et qui aurait pour conséquence de favoriser la vente de dispositif anti-ondes dont l’efficacité n’est pas prouvée. Car pour cette académie il ne fait aucun doute pour elle que les ondes n’ont aucun effet sur l’homme et que les souffrances des électrosensibles ne peuvent venir des effets des ondes radioélectriques car les normes actuelles se veulent protectrices et de plus, il y a un consensus internationale sur ce sujet. Pour résumer l’électrosensibilité c’est dans la tête (effet nocebo), ça sert à rien de dépenser de l’argent public pour ces gens ce disant malade des ondes, surtout que ça alimente le business des vendeurs de perlimpinpin et en plus légitime cette pathologie. Alors autant je suis d’accord sur certains dispositifs du style caleçon et autre vêtement anti-ondes sont de véritable escroquerie mais cette académie va un peu vite en besogne dans son argumentation.

– légitimer de la sorte ces dispositifs anti-ondes revient à conforter une croyance dans la réalité de l’effet des ondes sur l’organisme, alors que, d’une part nous ne disposons physiologiquement d’aucun système sensoriel sensible à ces ondes et que, d’autre part, plus de 40 études en aveugle à travers le monde ont démontré que les personnes électrosensibles incriminent les ondes sans savoir faire la différence entre un émetteur de radiofréquences éteint ou allumé

Premier argument et première erreur, il n’y aurait pas d’effet sur l’organisme d’après l’auteur de cette note sauf que si on relie attentivement la dernière monture du rapport de l’ANSES, on découvre qu’il y a bien des effets biologiques notamment sur le sommeil (fractionnement et modification de la puissance spectrale de l’électroencéphalogramme), entraîne une modification du métabolisme (modification de la thermorégulation et de l’appétit). Ensuite, il n’y aurait aucun système sensoriel qui pourrait détecter des ondes, si vous regarder cette page où je décris mes symptômes je ne fais aucun lien avec un soi-disant système sensoriel et je n’ai jamais eu à aucun moment un retour comme quoi un électrosensible serait devenu un détecteur d’ondes sur patte … A contrario il a été constaté par le neuro-scientifique Alan Frey que les ondes pouvaient avoir des effets sur le système auditif dès 1960 (effet de Frey). Enfin en ce qui concerne l’électrosensibilité, il est vrai qu’il n’y aucune étude qui démontre un tel mécanisme mais quand on voit les protocoles mis en place tels que dans l’étude Cochin ou encore la méta-analyse que met en avant l’auteur est faite par des Psychologues (Division of Psychological Medicine, Institute of Psychiatry and Guy’s, King’s and St. Thomas’ School of Medicine, King’s College London), on peut clairement se poser la question des réelles motivations de ces scientifiques sur le sujet …

– aucune réglementation n’empêche d’habiles commerçants de se lancer sur ce marché, d’autant plus florissant qu’il est alimenté par une inquiétude largement distillée dans les médias et que ces produits s’adressent à des personnes particulièrement fragiles ;
– ces dispositifs sont en principe interdits de publicité puisque, en application des articles L. 5122-15, L. 5422-12, L. 5422-14 et R. 5122-23 à R. 5122-26 du code de la santé publique, « la publicité pour un objet, appareil ou méthode présenté comme bénéfique pour la santé est interdite lorsqu’il n’est pas établi que ledit objet, appareil ou méthode possède les propriétés annoncées ».

Là ou je rejoins un peu cette Académie, c’est que de nombreux escrocs profitent de la faiblesse des malades laissés-pour-compte par notre système de santé et dont le responsable est avant tout le corps médical qui ne propose aucune prise en charge réelle et sérieuse de cette pathologie, ce qui profite à des opportunistes qui n’ont aucun scrupule à nous vendre des babioles hors de prix. Moi même qui suis assez terre à terre j’ai fait l’acquisition de tissu anti-ondes et d’un bonnet qui se sont révélés d’aucune utilité et ça serait même le contraire puisqu’ils agissent plutôt comme une antenne qu’autre chose car une partie des fibres sont métalliques et comme il n’y a aucun système de mise à la terre l’énergie est transmise au porteur de ce genre d’objet. Dans la continuité des objets inutiles on retrouve les pierres anti-ondes, les plus connues étant les orgonites et les Tchungites, il existe aussi des patchs sur les téléphones, ces derniers ont été testé par l’ANSES qui conclut que « l’efficacité des dispositifs de protection contre les rayonnements électromagnétiques » […] ne montre aucun effet probant de ces dispositifs sans une altération des performances du téléphone mobile » (P.103). En ce qui concerne la publicité pour ce genre d’objet, d’une part, à l’heure actuelle, je n’ai jamais vu une publicité ventant ce type d’objets et secondo, en général, elle vente l’efficacité de la réduction des expositions et non les biens faits pour la santé …

L’ Académie regrette le détournement des personnes électrosensibles des circuits de prise en charge médicale. Elle rappelle que les 12 sites dédiés créés dans des hôpitaux, sur tout le territoire, sont boycottés à l’appel d’associations qui voudraient que la France reconnaisse l’électrosensibilité comme un handicap dû aux ondes.[…] Les sujets se considérant électrosensibles éprouvent une réelle souffrance ; cet état peut entraîner un lourd handicap, qui doit être pris en charge comme une affection à part entière, sans tromperie sur son origine et non en arguant d’une sensibilité aux ondes dont le traitement relèverait de « dispositifs anti-ondes » ou de « zones blanches ».

Je ne sais pas si c’est moi, mais j’ai un peu l’impression que cette Académie tient un discours à deux vitesses, dans un sens, elle accepte le fait que les électrosensibles soient atteints d’un handicap et donc devrait être en accord avec la MDPH sur la reconnaissance de cette pathologie et à la limite devrait prendre position pour que l’assurance-maladie prenne en compte ceux dont la maladie est apparue dans leur parcours professionnel mais à la place elle préfère voir ces malades finir dans les services de l’APHP afin de remplir les quotas de l’étude Cochin. Cette étude qui vise simplement à faire une psychothérapie, à remplir des questionnaires et à démontrer aux patients, dosimètre à l’appui, que les ondes ne sont pas à l’origine de leurs maux, n’est en fait qu’une tromperie scientifique qui ne se base que sur des paramètres subjectifs pouvant être orientés et qui vise simplement à cantonné cette maladie dans la case psy. Il est quand même paradoxal de se plaindre qu’il n’y ait pas assez de monde pour ce protocole, participer à cette étude, c’est donner le bâton pour ce faire battre du point de vue de l’électrosensible et du côté scientifique c’est légitimer l’emploie des mêmes pratiques de tromperie que l’on dénonce sous couvert d’être des hommes de science …

@+ Jay

Publicités

Une réflexion sur “MDPH et électrosensibilité : l’Académie de Médecine l’a de travers

  1. Cher Jay, je trouve que pour les vêtement anti-ondes, vous exagérez.

    Je suis ehs. Mes vêtements anti-ondes me protège un peu et ce peu, c’est énorme pour moi. Ca me permet de sortir, et meme de vivre dans ma maison absolument pas adaptée à mon mal…
    Ce ne sont pas ceux vendus sur le net. Le petit chemisier ou le caleçon proposés ne protègent pas. Ils sont ouverts (en esprit remplacez les ondes pas des guêpes) et ne protègent pas où il faut vraiment.
    Je me suis fabriquée mes vêtements anti-ondes : pas une chemise avec des boutons (les guêpes passent entre) mais une sorte de sous-vêtement un peu large avec un cou légèrement élastiqué sur plusieurs étages, comme un col cheminée, et des poignets et taille élastiqués, que je camoufle sous des vêtements normaux et foulards… Idem pour mon bonnet. Quand en auto je suis très mal, je le descends jusqu’au cou, comme une cagoule trois trous sauf qu’il n’y en a pas (de trous car je vois très bien sans) mais je ne le fais que sur des chemins désertiques car je n’ai pas envie de me retrouver avec le gign armé jusqu’aux dents (d’armes conventionnelles et de portables) aux trousses passant pour une braqueuse de banque (mdr) !
    J’imagine qu’un caleçon sans braguette et serré aux cuisses me ferait aussi plus de bien que le pagne amélioré qu’ils appellent caleçon en textile protecteur. C’est comme si je me faisais une jupette dans ce tissu mais je ne le ferais pas même si j’étais milliardaire (en plus, j’aurais une maison blindée au milieu d’un terrain protégé etc…)

    Bref, attention à ce que vous dites. Vêtements anti-ondes ou vêtements anti-ondes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s