Non à la Choucroute

Dans cet article je vais m’écarter du sujet de l’électrosensibilité et vous informer sur les risques de la choucroute et de ce faire piéger sur internet quand on a des réactions un peu trop à chaud et qui peuvent vous emmenez dans des situations très délicates alors que vous n’avez jamais eu de soucis avec la justice auparavant. En effet, pour ceux qui ne le savent pas, le fait de diffamer quelqu’un en le nommant expressément sur internet peu avoir de graves conséquences, une amende de 12000€ (vous avez bien lu, il n’y a pas de zéro en trop) et des dommages et intérêts envers la victime. Sachant cela, il faut bien veiller à réfléchir à ne pas dire de bêtise surtout quand certains vous incite a en dire, je vais vous expliquer le concept du piège à troll que je vais mettre en relief avec une petite histoire (Attention : second degré inside 🙂 ).

maximumtrolling

Notabene : cette histoire est fictive toute ressemblance avec des faits réels comme ceux de l’article précédent serait purement fortuit.

Imaginons que vous n’aimiez pas la choucroute, mais que vous la détestiez a tel point que vous écrivez votre avis anti-choucroute un peu partout sur internet mais vous n’arrivez toujours pas à vos fins, les gens mangent toujours de la choucroute. Car l’association de la défense de la choucroute garnie est très active et vous met des bâtons dans les roues car elle aussi diffuse un peu partout, « mangez de la choucroute 3 fois par jour, c’est bon pour la santé » et même des particuliers qui apprécient cette curiosité culinaire relayent l’information un peu partout, ce qui vous énerve au plus haut point. Comment faire pour mettre fin à cet outrage à la gastronomie française, on ne peut pas laisser faire. Tout simplement en mettant en place un piège à troll, technique assez simple et super efficace pour dénigrer ces mangeurs de choucroute, 1ère étape, mettre en place l’appeau à troll.

Qu’est-ce qu’un appeau à troll ? On pourrait traduire ça par un article polémique qui attise la polémique, dont vous savez pertinemment qu’il va y avoir des réactions épidermiques. Vous allez profiter de l’accès à une plateforme sociale sur internet ou tout autre média où vous savez que les mangeurs de choucroute ont leurs habitudes de lecture et dont vous savez aussi que l’impact de l’article que vous allez déposer va être très fort. Donc vous faites votre petit article, pour résumer : « La choucroute, ça pue, quand on cuisine, on dirait qu’il y a un chat crevé, que ça fait faire tellement de flatulences qu’on pourrait construire une usine de méthanisation et qu’au final c’est les gros beaufs qui mangent ce genre de nourriture ». Le piège est en place il ne reste plus qu’à attendre que ça se diffuse et que les premiers commentaires arrivent, ce qui en général chez les bouffeurs de Choucroute arrive très vite et oui pour eux c’est sacré. Deuxième étape, attraper le troll sur internet.

Comment fait-on pour attraper un troll ? Malgré que ces sales bêtes se cachent dans la jungle de l’internet, les nouvelles technologies de l’information nous permettent de les débusquer assez facilement, il suffit juste d’avoir les bons outils. Un particulier aura tendance à mettre son nom dans google pour voir ce qui se dit sur sa personne, mais moi, je ne suis pas tout le monde, je suis un anti-choucroute. J’utilise donc des outils d’E-réputation pour savoir qui a parlé de la choucroute et surtout de mon article. Mon outil scan tout l’internet et dès qu’il trouve des mots-clés que je lui ai indiqué, le nom de mon article ou mon propre nom par exemple, il me remonte la source et me trouve les trolls potentiels. Après ça, il y a juste à faire le tri, soit c’est un anti-choucroute et ceux là, je les aime bien, soit c’est un pro-choucroute et la, je commence à analyser l’article ou le message qu’il a laissé. Si ses propos sont à la limite de la diffamation ou même diffamatoires, on ne laisse pas passer, on lui envoie un droit de réponse et on porte plainte, pas de quartier pour ces malotrus.

Le problème, c’est que la justice est un paramètre aléatoire, comment savoir si elle va condamner ces pro-choucroutes qui m’ont diffamé, impossible, donc il faut augmenter cette probabilité. Il faut ratisser le plus large possible, mais pas trop non plus pour éviter de se prendre un retour de flamme et de voir des plaintes pour dénonciation calomnieuse me revenir à la figure. Si tout va bien, j’aurai des condamnations qui, même si elles sont juste symboliques, vont permettre de montrer que ces bouffeurs de choucroute sont des gros enfoirés, en plus de bouffer de la merde, ils m’ont diffamé et qu’au final, la choucroute, c’est vraiment dégueulasse. Mon but est atteint, j’ai démontré que j’avais raison puisque la justice va dans mon sens et donc je vais pouvoir ainsi convaincre l’opinion avec un autre article qui pourra être tout autant polémique pour relancer un peu la machine à troll, au cas où ça n’aurait pas suffi la première fois. Les gens vont manger moins de choucroute et j’aurais atteint mon but 😉 .

nonalachoucroute

En revanche quand on se retrouve à la place de ceux qui aiment bien la choucroute, on se retrouve un peu démuni, on a une plainte aux fesses sans que l’on sache quoi que ce soit, aucun contact avec la justice, rien du tout si votre dossier est classé sans suite. Pour avoir des nouvelles, il faut contacter le service du procureur de la république ou le greffe du tribunal correctionnel. Pour savoir si vous avez été victime de ce type de procédé, il y a plusieurs paramètres à connaître, le nombre de personnes qui sont concernées, considéré les propos qui vous ont mené à faire votre commentaire, si l’anti-choucroute ne vous a pas demandé de retirer les propos diffamatoire avant de porter plainte ou s’il y a une conciliation. Dans tous les cas, le mieux c’est de contre attaquer et de prouver que ce sont les propos qui étaient volontairement outrancier et qui vous ont incité à le diffamer, si tous ceux qui sont concernés font la même chose, l’anti-choucroute n’a qu’a bien ce tenir 😉 .

@+ Jay

PS : j’aurais pu faire ça avec les crêpes mais ça aurait été un peu trop litigieux, l’Alsace étant à l’opposée de la Bretagne, j’espère avoir pris assez de précaution 😉

Publicités

3 réflexions sur “Non à la Choucroute

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s