Erwan Seznec et les ondes : ce faiseur de mauvaises opinions

Je n’avais pas prévu d’écrire un article aussi rapidement mais je viens de tomber sur le numéro de janvier 2015 de Que Choisir où un dossier sur les ondes a été écrit par le journaliste Erwan Seznec intitulé le jeu trouble des associations. Dans les médias mainstream j’avais l’habitude de voir le pire et le meilleur dans le domaine des ondes, comme avec cet article sur rue89, Mobiles, wifi, antennes : les ondes vont tous nous tuer… ou pas qui m’avait fait réagir à l’époque car légèrement orienté ou encore le dossier de canard pc qui lui avait été beaucoup plus sérieux et surtout assez équilibré. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le dossier de ce Que Choisir est loin d’être neutre sur le sujet, entre la discréditation des associations et des électrosensibles, de la bisounoursisation des ondes, on a le droit à un grand moment de journalisme. La question qui se pose est pourquoi ce dossier en double page maintenant, et mon petit doigt me dit que c’est sûrement en lien avec le retour de la loi de Laurence Abeille à l’Assemblée Nationale fin janvier prochain. « Le jeu trouble des associations » ou comment préparer l’opinion au rejet de toute législation.

que-choisir-aristophil

Rassurer le lecteur

L’article commence fort dès le début en affirmant « que les études scientifiques rassurantes s’accumulent » et que le « champ d’incertitude se réduit » concernant les radiofréquences et oui ma bonne-dame les ondes ça ne fait rien et c’est la science qui le dit, les ondes du wifi et de la téléphonie sont aussi inoffensives que la FM de la radio. Que ceux qui se disent malade des ondes, qui déclarent que leurs cancers ou que leurs différents symptômes comme les maux de tête ou les palpitations sont la résultante d’une exposition aux ondes ne sont que des supercheries car c’est bien connu, le corps ne perçoit pas les ondes. Heu petite question, est-ce que percevoir les ondes et en être malade c’est la même chose ? Avis personnel, pas vraiment, et un sophisme dès le premier paragraphe.

Par la suite il y aura une stratégie de décrédibilisation des scientifiques qui n’auraient pas le même discours que le courant dominant, ceux qui seront la cible de cette vindicte seront Magda Havas, Dominique Belpomme, Olle Johanson et Lennart Hardell. N’ayant pas lu leurs travaux je ne ferais pas de commentaire, en revanche ce qu’on peut reprocher c’est qu’il aurait été un peu plus judicieux de citer ceux qui font partie de « l’écrasante majorité de la communauté scientifique » et qui dénoncent leur travaux non-reproductibles ou biaisés (ICNIRP au hasard ?). D’ailleurs, d’après l’auteur, si les scientifiques se refusent à dire que les ondes ne sont pas dangereuses c’est juste au cas où « une étude ne bouleverse un jour l’état tout à fait rassurant des connaissances actuelles » .

Le seul grain de sable dans le monde des bisounours de M. Seznec, c’est le classement de l’OMS des radiofréquences en catégorie 2B, c’est-à-dire possiblement cancérigène, comment réduire la portée de ce classement qu’utilise à tort et à travers les associations militantes anti-ondes, tout simplement en reprenant la même argumentation que la Fédération Française des télécoms en 2011 lors de ce classement et dont le porte parole, M. Danjou, avait fait une interview sur le sujet, le journaliste aura néanmoins pensé a changer le mot cornichon par légumes marinés*. Vous l’aurez compris pour ce journaliste cette « nouvelle était plutôt rassurante » puisque les ondes ne sont pas classées comme cancérigène ou cancérigène probable. En revanche il aura juste oublié de mentionner que l’un des scientifiques, le professeur Anders Ahlbom, avait été exclu du groupe de travail pour conflit d’intérêts, faire du consulting pour les télécoms et statuer sur les ondes, c’est éthiquement discutable.

* Petite précision au sujet de l’argument qui vise à comparer la dangerosité des ondes et des cornichons, pour information la classification de l’OMS repose sur le niveau de preuve de la dangerosité et non la dangerosité en elle-même. Du coup, quand cet argument est avancé tel quel, il est possible de faire l’amalgame et de se laisser berner par ce genre de sophisme induit…

Discrédit des électrosensibles

En début de seconde partie de l’article, on tombe dans un certain cynisme avec le bénéfice risque de la technologie des radiofréquences, notamment avec le nombre de vie sauvée grâce aux téléphones portables avec comme sous-titre juste au-dessus « très peu d’électrosensibles ». Il est difficile de ne pas y voir un sous-entendu selon lequel on pourrait bien sacrifier le peu de personnes que ça gêne puisque ça en sauve d’autre, façon de penser assez révoltante surtout quand on se trouve du côté des sacrifiés. Autre sujet à caution, le nombre avancé de personnes atteintes de cette pathologie qui n’excéderait pas les deux milliers, le problème c’est qu’a ma connaissance il n’y a jamais eu de recensement au niveau national donc comment peut-on avancer de tels chiffres, d’ailleurs je me pose la même question quand des associations indiquent qu’entre 1 et 2% de la population serait touchée.

Afin de mettre en doute les dires des électrosensibles, le journaliste réitère qu’ils affirment percevoir les ondes, au cas où vous n’auriez pas compris la première fois, un peu comme si nous étions des bêtes de foire qui pourraient savoir si un téléphone était allumé ou éteint, d’ailleurs c’est ce qu’il a proposé à des électrosensibles qui ont étonnement refusé l’invitation. Afin de conforter la non-corrélation des symptômes déclarés par les électrosensibilités et les ondes, ce journaliste va s’appuyer sur une méta-analyse, Electromagnetic hypersensitivity: a systematic review of provocation studies qui démontrerait qu’en double-aveugle il ne serait pas possible pour un électrosensible de savoir si un émetteur est allumé ou pas, sauf que pendant une recherche j’ai retrouvé un compte rendu où il était indiqué qu’un des électrosensibles avait par neuf reprises réussi au test, résultat : c’est de la chance.

D’ailleurs au sujet de cette corrélation, il y aurait une étude en 2010 du professeur Choudat qui aurait prouvé qu’il n’y a pas de lien entre la pathologie et les ondes, si c’est l’étude Cochin, elle n’est même pas terminée. Quant à l’agence sanitaire française, elle aurait déjà statuée dans son rapport de 2009 qu’il n’y a « aucun diagnostic précis de la maladie », en même temps c’est un peu normal car l’ANSES n’en est pour le moment qu’aux appels à projet sur le sujet. Autre argument massue, « aucun laboratoire pharmaceutique, à notre connaissance, ne travail sur l’électrosensibilité », pour le coup, je ne vois pas trop ce que je peux répondre à ça, imparable. Dans la continuité de son plaidoyer, l’auteur va suggérer le fameux effet nocebo à travers des témoignages récoltés sur internet ou la simple vue d’une antenne ou d’un téléphone portable rendrait malade les électrosensibles, par contre ce que l’on ne sait pas, c’est quels sont ces témoignages et le nombre d’entre eux, mais bon, autant en faire une généralité à tous les électrosensibles, pour la rigueur journalistique, on repassera.

Au tour des associations et des scientifiques affiliés

Après les électrosensibles, c’est les associations qui vont en prendre pour leur grade, peu de membre actif, compenseraient ce manque d’effectif par du zèle pour propager des contres vérités flagrantes voir de raconter des « bobards » comme avec ce cas d’un arrêt cardiaque dont le WIFI aurait été le déclencheur mais sans indiquer la source, ça permet encore une fois de mettre tout le monde dans le même panier. Autre cas qui est avancé, celui de Saint Cyr l’Ecole ou deux enfants de 6 et 8 ans sont morts d’un gliome du tronc cérébrale, maladie extrêmement rare mais dont une enquête administrative aurait exclu à un effet des radiofréquences issues de l’antenne se trouvant sur l’école. Le hic c’est qu’on retrouve ce type de cancer rarement en cluster ayant une faible prévalence et que le problème s’est retrouvé à Ruitz dans le Pas-de-Calais ou encore à Rexpoëde dans le nord, mais encore une fois pas de questionnement, dossier clos par l’administration.

La question des conflits d’intérêts va être mis sur la table notamment avec l’un des participants du colloque organisé à l’Assemblée Nationale le 16 octobre 2014 ou le scientifique Martin Pall met en évidence un effet des ondes sur la chimie du calcium et en même temps, via la société Nutricology, vend des anti-oxydants pour palier au problème. Nier qu’il n’y aurait aucun conflit d’intérêts d’un côté ou de l’autre serait stupide, mais l’article ne met l’accent que sur ceux du coté des anti-ondes. En revanche on adoucit ceux « des scientifiques renommés au motif qu’ils collaborent parfois avec les opérateurs » mais on oublie juste de dire que certains d’entre eux participent à l’élaboration des normes d’expositions, plus elles sont basses, plus les infrastructures des opérateurs coûtent cher, ce qui mit en perspective est légèrement plus gênant.

Autre grief envers les associations le fait que deux d’entre elles, Robin Des Toits et PRIARTEM, proposeraient des mesures de champs électromagnétique à des tarifs prohibitifs et donc leurs discours « anxiogènes » ne seraient là que pour favoriser ce business. C’est un peu vite oublié que le prix des équipements pour faire ce genre de mesure coûtent un bras et qu’il n’y avait encore pas si longtemps aucune garantie quant à l’indépendance des expertises, d’ailleurs les opérateurs ont été suspectés d’abaisser la puissance des antennes lors des mesures demandées par des particuliers comme le montre l’émission Voxpop (13:30). Maintenant que l’ANFR est chargé de la mission d’organiser ces expertises au niveau national, le journaliste reproche que c’est une taxe sur les opérateurs qui paye cette initiative et que ce n’est pas réellement gratuit, pourtant c’est plus que logique, ça rejoint le concept du pollueur-payeur.

Des études scientifiques « rassurantes »

Dans un tableau intitulé « ce que dit la communauté scientifique, dix années pour se rassurer » , le journaliste nous fait un petit résumé d’une partie des résultats scientifiques depuis 2005. Ça commence par la méta-analyse des études en double-aveugle sur l’électrosensibilité de l’équipe king’s college ou il concède qu’il y a « certains sujets qui semblent réagir à la présence des champs électromagnétique » mais la « communauté scientifique » considère les résultats comme « peu probants ». C’est néanmoins intéressant car le journaliste arrive à se contredire en indiquant dans son article « que les études d’exposition en double-aveugle donnent toutes les mêmes résultats, les électrosensibles ne détectent rien » , entre « rien » et « certains […] semblent réagir » , il y a une légère différence. Autre différence, dans l’étude de l’INERIS en 2013 sur l’exposition aux ondes de rats à 1 Volt/Mètre (exposition moyenne d’un portable) qui n’aurait aucune conséquence à part « certains paramètres physiologiques » sans plus de détail : fractionnement du sommeil paradoxal, modification de la thermorégulation et augmentation de l’appétit.

On passe au rapport bioininitative de 2007 qui démontre des effets nocifs des radiofréquences mais il est démoli par les autorités sanitaires des différents pays, le résumé de ces conclusions au public est trop alarmiste, et un conflit d’intérêts émerge du fait que la coordinatrice Cindy Page est dans le business des dispositifs anti-ondes, donc il n’est pas pertinent. Afin d’équilibrer les choses on pourra citer une expérience du professeur Bastide sur l’exposition d’embryons de poulet et en a conclu à la nocivité des ondes sur le vivant (Mortalité chez les embryons et dépression du système immunitaire pour les survivants) qui a été répliquée par Florence Batelier qui travaillait à l’époque pour l’INRA en 2008 et a retrouvé des résultats similaires dans son étude mais ce n’était pas au goût de René de Seze et indirectement à Bouygues Télécom qui a tout fait pour réduire l’impact de cette étude, dans un premier temps en impliquant la hausse de la température, mais dont les œufs sont connus pour bien s’y adapter et puis ensuite a sorti cette étude en catimini, en concluant qu’il y avait un pourcentage significatif de mortalité des embryons qui étaient exposés par rapport au groupe témoin mais que le lien de causalité avec les champs électromagnétiques n’était pas établi. Le professeur Batelier ne cache pas sa mésentente dans le reportage Mauvaises ondes (17:34) avec son confrère et l’opérateur à l’initiative de l’étude.

Au niveau des études épidémiologiques, nous avons l’étude interphone en 2010, l’étude Cerenat en 2014 et une étude suédoise publiée en 2013 mais qui n’apparaît pas dans le tableau destiné à nous rassurer. Interphone « n’établit aucun lien entre ces dernières (tumeurs) et le portable », pourtant c’est bien cette étude qui a en partie mené au classement des radiofréquences par l’OMS comme possiblement cancérigène, L’étude Cérénat, quant à elle, démontre une augmentation des tumeurs chez les gros consommateurs de téléphone mais elle repose sur les souvenirs des personnes malades ou de leurs proches en cas de décès, donc sujet à caution d’après les auteurs de cette étude. L’étude suédoise, quand à elle, révèle un risque accru du cancer du cerveau entre 1 à 5 ans d’utilisation. Ce risque pourrait doubler après 20 ans et tripler au-delà de 25 ans.

La vrai cible d’Erwan Seznec

Au premier abord, on pourrait croire que ce dossier n’est là que pour dénigrer les associations et tous ceux qui mettraient en doute l’innocuité des ondes et de faire un point rassurant sur cette technologie mais il s’avère que ce journaliste a essayé de faire un coup en deux bandes. En effet, la fin de l’article nous éclaire un peu plus sur sa réelle finalité, démontrer qu’il n’y a aucun besoin de légiférer dans ce domaine et donc que la proposition de loi initiée par les Députés Laurence Abeilles et Suzanne Tallard qui revient à l’Assemblée Nationale fin janvier n’a pas lieu d’être. Pour cela il va en prendre seulement un des aspects, l’interdiction du wifi dans les crèches et les écoles maternelles, tout en éclipsant le reste. Il considère que cette mesure va avoir un coût élevé, est dénuée de base scientifique et que cela va engendrer une psychose. Ce journaliste nous démontre encore une fois son manque d’objectivité et essaye de cristalliser l’opinion publique contre cette initiative législative.

La question est pourquoi ce dossier et maintenant, quel intérêt à Que Choisir à le publier ? En tout cas c’est du pain béni pour les opérateurs télécoms et autres lobbyistes qui les représente, surtout que leurs discours et les arguments dans cet article sont quasiment identiques, perception des ondes des électrosensibles, suggestion de l’effet nocebo, argumentation concernant le classement de l’OMS, les études réinterprétées comme rassurantes, ça pourrait très bien servir de communiqué pour la Fédération Française des Télécoms qu’on n’y verrait que du feu. D’ailleurs Erwan Seznec n’en n’est pas à son coup d’essai, déjà en août dernier il avait publié un article sur les électrosensibles et les dispositifs anti-ondes et avait déjà pris le parti que ces objets ne servaient à rien et qu’il n’y avait aucune étude scientifique qui justifiait l’achat de ces équipements, mais quel est le rôle de Que Choisir ? dicter ce qui est bon a acheter sans test préalable ou d’analyser leur efficacité et de rendre un avis impartial ?

@+ Jay

Maj 20/03/2015 : Dans le numéro de mars de Que Choisir, on peut trouver le petit encart suivant : « Suite à notre article sur les ondes électromagnétiques, André Bonnin tient à préciser que, contrairement à ce que nous avons écrit, s’il a été membre de Robin des Toits en 2008, il n’en jamais été fondateur, l’association ayant été créée en 2004. Et s’il reconnaît avoir réalisé quelques diagnostics de champs électromagnétiques pour CQFD de 2012 à 2014, il n’a pas créé cette structure afin d’en tirer des revenus. Il ne faisait plus partie de ces deux structures, il ne peut être en conflit d’intérêts avec elles. » Dommage que M. Bonnin ne soit pas aussi compréhensif que Que Choisir …

Maj 20/03/2017 : Pour information, aucune suite n’a été donnée à la plainte supposée en diffamation qu’aurait portée ce journaliste. Mon honneur est donc sein et sauf xD.

Crédit photo : ojim.fr

Notabene : Afin d’éviter tout malentendu, j’ai enlevé la dernière partie de ma conclusion qui aura été en ligne uniquement le 4/01/2015 et supprimée dès réception du mail de ce journaliste, si Monsieur Seznec veut me poursuivre, à sa guise. À titre informatif, tout ce qui avait été dit dans cette dernière partie était sur la place publique et avait fait l’objet d’un droit d’un réponse sur le site d’Ojim.fr Back-up de l’article en PDFDroit de réponse de que choisir

Droit de réponse des associations et des personnes mises en cause :

ROBIN DES TOITS : Lettre ouverte à l’UFC Que Choisir : « Ondes électromagnétiques, le jeu trouble des associations »
CRIIREM : Droit de Réponse – Lettre Ouverte
PRIARTEM : Réaction de l’ONG Priartem à l’article sur les ondes électromagnétiques, publié dans le dernier numéro de Que Choisir
M. Filterman : Droit de réponse

Merci à Christophe pour l’info 😉

Publicités

40 réflexions sur “Erwan Seznec et les ondes : ce faiseur de mauvaises opinions

  1. Je n’ai pas été condamné dans l’affaire Aristophil. La société Aristophil, contre laquelle j’avais mis en garde, a fait l’objet d’une série de perquisitions à l’automne 2014. Ses comptes ont été saisis. Tout ce que j’avais écrit était exact. Vous le vérifierez extrêmement facilement. Le Monde, Libé, Le Point, L’Express, Que Choisir… Tout le monde a parlé de la fin d’Aristophil.
    Votre article est en ligne.
    Il relève indéniablement de la diffamation envers moi sur son dernier paragraphe.
    Je vais vous poursuivre.
    Vous êtes dans le pétrin.

    • pour un journaliste vous lisez un peu vite entre les lignes, j’ai mis que Que choisir avait été condamné et pas vous et que vous aviez manifestement utilisé des pratiques douteuses pour arriver à vos fins. Je ne vois pas en quoi je vous ais diffamé.

      @+

      • moi aussi, Erwan Seznec veut me traduire en justice car j’ai osé douter de son honnêteté de journaliste…;; Denise POSSETY

      • Bonjour Denise,

        Bienvenue au club mais je ne ferais pas plus de commentaire tant que l’affaire n’est pas arrivée à son terme, une diffamation me suffit amplement 🙂

        Cordialement,

        Jérôme

    • Mon Chère Erwan, il me semble que votre spécialité est le journalisme économique. Aujourd’hui votre nouveaux talent de journaliste médicale spécialisé sur le handicap de l’électrosensibilité manque cruellement d’humanité. Mais surtout d’expérience.
      Vous ne connaissez pas ce handicap. Ce qui encore plus fâcheux c’est qu’ a travers votre article, vous mettez au rebut des milliers de personnes qui sont en souffrance et on des difficultés pour faire entendre leurs douleurs.
      Vous n’êtes surement pas le dernier journaliste scientifique en culotte courte qui vous faite avoir par le travail des lobbys des telecom. Mais comme votre talents originel est journaliste économiste c’est assez surprenant.
      Ce que je peux vous proposer, pour ne pas rater la fin de votre carrière, c’est de rencontrer des électrosensibles et de passer quelques heures avec eux. Juste quelques heures. Prendre juste un peu de temps pour ne pas passer à côté d’un phénomène de santé public.
      Mais j’ai bien peur que votre talent, ne vous ai formater qu’à une économie d’ouverture d’esprit.
      Et puis, s’il vous plait Erwan, écrire dans un blog qui traite d’un handicap « Je vais vous poursuivre. Vous êtes dans le pétrin » ce n’est pas très CHARLIE comme état d’esprit.

      En ce qui me concerne
      Je suis Charlie et électrosensible

      • Bonjour Christophe,

        Je me joins à toi pour exprimer mon interrogation quand à l’intérêt de Monsieur Seznec de porter plainte à mon encontre alors que j’ai tout fais pour arranger les choses. Il savait pertinemment que j’étais dans une situation déjà très délicate, n’ayant aucun travail actuellement et donc pas de revenue. Néanmoins il a pris le risque de me voir condamné à une amende de 120000 € alors que je ne peux pas me le permettre. Je sais pas si c’est un manque d’empathie, ou une réel volonté de défendre sa réputation, mais c’est vraiment dommageable d’en arriver la.

        D’ailleurs je tiens à lui signaler que ça m’a rendu malade pendant les jours qui ont suivi ses menaces, la situation stressante qu’il a engendré m’a fait perdre 3kg. Pour lui porter plainte c’est peut être un jeu de communiquant, mais pour moi c’était la première fois et c’est à la limite du traumatisme, je ne savais pas si mes autres articles pouvaient être préjudiciables, j’étais dans une insécurité juridique, j’ai même penser à arrêter d’écrire et fermer le blog. Fort heureusement, la plainte n’a pas été jusqu’au bout et j’ais pu reprendre confiance en moi.

        Je voudrais le remercier néanmoins pour m’avoir fait prendre connaissance de la législation concernant les délits de presse, ça permettra dans le futur de ne pas retomber dans le panneau de la diffamation. On a toujours tendance à penser que la liberté d’expression prévaut dans notre pays mais on a pas forcément conscience de ses limites et de ses conséquences qui peuvent être dramatique dans certaine situation. Maintenant reste à voir la suite à donner à cette affaire, je sais que l’association next-up a entrepris une action en justice contre Que Choisir, me concernant c’est pas tant l’article qui a été préjudiciable mais plus l’action en justice à mon encontre.

        @+ Jérôme

    • Encore un illuminati pourri jusqu’à la moelle au service de sa loge.

      Jay : Je vois que le message n’est pas passé, donc premièrement les discussions avec ce journaliste sont closes, et deuzio, on respecte la loi, la liberté d’expression a ses limites et c’est moi qui douille en cas de problème. D’où la suppression de la fin de votre commentaire.

      Rappel à la loi :

      – L’injure publique est punissable par une amende pouvant aller jusqu’à 12 000 €.
      – La menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable est punie de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende lorsqu’elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet.

  2. Il serait temps d’écouter les personnes électrosensibles, les expertes et institutions avant-gardistes mobilisées pour en informer les plus jeunes – on en parle même dans les forums mondiaux…Guillaume

    • Oui comme vous dites, il serait temps, ça fait 4 longues années que je suis électrosensible et je commence a trouver le temps long 😐

      Jérôme

  3. Je suis persuadé que ce monsieur reçoit des voyages gratuits par les marques de téléphone mobile:voir « cash investigation » de novembre où l’on voit tous les journalistes invités pour faire de la pub.
    Ce n’est pas un journaliste,il se prend pour un docteur…
    Séb EHS depuis 1 an et demi,et capable de vous dire quand vous allumez votre portable les yeux bandés…

    • Non je ne crois pas, les menaces étaient réel, la plainte a été réel et en France on rigole pas avec la diffamation, c’est du pénale ici . La diffamation ça peut faire mal et il faut savoir que le journaliste en question a porté plainte contre une centaine de personne. C’est d’ailleurs pourquoi j’ai été contraint de supprimer la fin de votre commentaire car j’en suis responsable et si je le laisse je risque encore une fois d’avoir des ennuies 😦 .

      • il n’y a pas de diffamation mais de l’information. Sinon tu pourrais l’attaquer pour son article pour diffamation contre les electrosensibles. 😆 Les tribunaux sont déjà assez engorge comme cela.

      • Je comprend ton raisonnement mais comme nous ne sommes pas reconnu comme malade par nos institutions sanitaires, il peut dire ce qu’il veut contre les électrosensibles il risque pas grand chose …

  4. Diffamation et bonne foi.
    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F32079.xhtml

    Texte officiel :

    « …Bonne foi

    Le prévenu peut aussi arguer de sa bonne foi. Le prévenu peut utiliser un seul de ces moyens de défense ou les deux en même temps.

    La bonne foi suppose le cumul de quatre critères :

    la prudence et la mesure dans l’expression, sans exagération ni affirmation péremptoire,

    l’absence d’animosité personnelle contre le plaignant,

    la présence d’un but légitime : informer sur un scandale sanitaire par exemple,

    et le sérieux de l’enquête, distinct de la véracité des faits. Les accusations du prévenu, qu’il soit journaliste ou non, doivent avoir une base factuelle suffisante même s’il s’est trompé au final. Le prévenu doit prouver qu’il n’a pas lancé ces accusations au hasard ou menti délibérément. …“

    Je ne suis pas juriste, mais je pense que Jêrome se place dans la catégorie :
    « la présence d’un but légitime : informer sur un scandale sanitaire par exemple, »

    Si un avocat traine dans le secteur, voire même un journaliste, ça vaudrait le coup de savoir si on peu médiatiser les menaces du journaliste Erwan Seznec.

    Je précise que mes propos n’ont pas de but diffamatoire.
    Je respecte Erwan Seznec. Mais je débat sur ses articles avec prudence, sans exagération ni affirmation péremptoire. Seulement pour informer sur un scandale sanitaire.

    • Merci Christophe pour l’information, j’ai pris rendez-vous avec un avocat pénaliste qui pourra m’informer sur le bien fondé de la plainte, parce que pour le moment je ne sais toujours pas si mes propos étaient diffamatoires ou pas …

      • En vertu des mes pouvoirs qui me sont conférés, nous condamnons Jay91 pour poltronnerie publique et ses multiples récidives. 😆

        Quel propos, tu les as supprimes et qui c’est ça Jay91 ?
        Ce « erwan seznec » a réussi son coup au delà des ses espérances.

        Ces 3 points constituent un bon conseil d’une manière générale
        – la prudence et la mesure dans l’expression, sans exagération ni affirmation péremptoire,
        – l’absence d’animosité personnelle contre le plaignant,
        – la présence d’un but légitime comme l’information du public

        il faut élever le débat et éviter les querelles de personnes qu’il s’appelle Seznec ou Dupont.

      • Je préfère manqué de courage que de risquer de prendre une amende de 12000 €, un électrosensible n’est pas connu pour être pété de tune 😀

        Non ce journaliste n’est pas arrivé à ses fins, j’ais certes supprimé une partie mineure de mon article mais le principal a été gardé, de plus il a porté plainte contre de nombreuses personnes et à ma connaissance il n’y a pas eu de suite dans la majorité des cas.

        Comment voulez vous élevez le débat contre des gens qui pensent avoir la science infuse et ne se remettent jamais en cause, la technologie est devenue une religion 😐

  5. Heu je suis Esprit Logique ne l’oublie pas. 😉

    il est arrive a ses fins parce que
    1/ tu as stresse au point de perdre 3 kg, selon tes dires
    2/ tu as retire une partie de ta conclusion
    3/ tu vas sans doute dépenser ton argent avec un avocat conseil.

    Pour élever le débat, il faut combattre les idées et désinformations peu importe d’ou et de qui elles sont issues. Tu peux indiquer les articles comme sources et ensuite comme d’ailleurs tu l’as fait dans ton article critiquer l’argumentation.
    Si le journaliste est vraiment médiocre il est pas nécessaire de lui faire de la publicité même négative.
    La presse généraliste pêche parfois par incompétence il faut être un peu tolérant, ils ne peuvent pas tout connaître. Un journaliste gagne sa vie en écrivant et un dossier de presse peux l’aider a écrire plus vite son article.

    • C’est vrai qu’il a gagné une bataille, il m’a mis un gros stresse, j’ai battu en retraite, mais des fois vaut mieux faire une retraite stratégique et contre attaquer avec une meilleur connaissance du contexte que d’être obstiné et irréfléchi.

  6. je reviens sur les texte de loi et nous lisons :

    … » Peines encourues
    Diffamation publique

    La diffamation est punissable par une amende de 12 000 €.

    Une diffamation à l’encontre d’un élu local, d’un parlementaire ou d’un policier en raison de ses fonctions est punissable d’une amende de 45 000 €.

    Si la diffamation publique a des motifs racistes, sexistes, homophobes ou à l’encontre des handicapés, la peine encourue est de 1 an de prison et de 45 000 € d’amende, qu’elle ait été prononcée à l’égard d’une personne désignée ou d’un groupe de personnes (telle ou telle communauté, nationalité…).
    « …

    Aujourd’hui, La MDPH reconnait des électrosensibles.
    La lois dit :
     » Si la diffamation publique a des motifs racistes, sexistes, homophobes ou à l’encontre des handicapés, la peine encourue est de 1 an de prison et de 45 000 € d’amende  »

    Donc, si une personne diffame publiquement, un handicapé électrosensible ? …
    On nous la ferai pas à l’envers ?

  7. Hier soir, sur la chaine Public Sénat, à 22h est passé le film documentaire Zone Blanche.
    http://replay.publicsenat.fr/
    Titre de l’émission « Faut-il avoir peur des ondes ? »

    Un débat a suivit, et fort heureusement, Erwan Seznec, est sur le plateau.
    J’ admet que ses interventions on été spectaculaires.
    Une focalisation d’ attaque ou de diffamation de la part de l’association présente.
    Attaque lui même le CRIIREM, d’un inoubliable laïus sur les complots de conspiration qui on l’air de fortement l’obséder. Ebola, virus du sida, contrôle des populations. Un magnifique hors sujet absolu. Cela ne fait toujours pas avancer le débat.
    Pas d’argumentation scientifique, jusqu’au déni. Alors même que la position de Marc-Vergnes (ANSES) évolue sur les effets des champs magnétiques.

    En fait, il n’est pas méchant ni dangereux.
    Il est juste dogmatique dans le domaine des champs électromagnétique.
    Il nie le handicap des électrosensibles, et leurs souffrances.

    Le message qu’il laisse aux téléspectateurs, est un grand vide.

    Je précise que mes propos n’ont pas de but diffamatoire. Je respecte Erwan Seznec. Mais je débat sur ses articles avec prudence, sans exagération ni affirmation péremptoire. Seulement pour informer sur un scandale sanitaire.

  8. Oui j’ai été un peu consterné par ses interventions, je pense que c’est clairement dogmatique et encore une fois il a des arguments qui sont imparables, le coup du one million dollar paranormal contest m’a bien fait rigoler 🙂 , ça rappel l’argument de l’industrie pharmaceutique qui ne fait pas de recherche sur l’électrosensibilité, elle était pas mal celle la aussi. Il a toujours pas compris que cette pathologie ne marche pas comme un interrupteur on/off.

    Personnellement je pense que s’il continu comme ça, il va creuser sa propre tombe journalistique, surtout qu’il est jeune et qu’il a de grande chance de voir le scandale sanitaire arriver en pleine figure avant la fin de sa carrière, il a intérêt à penser à une reconversion au cas ou … 😀

  9. Merci à Christophe pour ses propos envers le CRIIREM. Je suis ancien militaire de l’aviation, j’avais monté un labo et TDF et fait 10 ans de recherche sur les radars.
    M. Erwan Seznec m’a mis en cause et a cité mon nom dans son article de janvier 2015, ainsi que lors de l’émission de « Public Sénat » mais sans citer mon nom ni mon site (trop d’informations gênantes sans doute). J’ai donc écrit à la direction de « Que Choisir et à M. Bazin de « public sénat » pour obtenir un « Droit de réponse » mais que je n’aurai pas de toute façon. Je n’ai pas eu de réponse de M. Seznec. Comme je vois qu’il intervient sur votre site, il sait où me joindre. Vous trouverez donc mes lettres ouvertes sur mon sujet 314 sur mon site http://filterman.comlu.com/gsm.htm avec 25 vidéos réponses sur 3 dossiers, y compris les virus de ciblage ethnique qui ne me font pas du tout rire. Je ne savais pas que M. Seznec était compétent en NRBC. Pas de bol, puisque là encore ce dossier est la retranscription de l’enquête de Tristan Mendès France, d’un documentaire produit par la société de Mme Françoise Castro, que peut être certains connaissent. Pour les navires déchets toxiques/nucléaires qui ne sont pas 40, mais plus de 150 où il me met en cause, j’ai là aussi rencontré à l’époque un commissaire d’Europol et un des procureurs anti-mafia qui m’a donné des documents, et qui a failli être assassiné avec son équipe.

    Vous apprendrez avec intérêt, que pour un physicien, scientifique, militaire, ex-officier des services de renseignement britannique avec qui je suis en contact d’ailleurs, et a qui j’expédie l’article dès cette semaine, il déclarait que « toute personne qui met du Wifi dans une école devrait être emprisonnée à vie ». Si certains veulent m’attaquer en justice, pas de problème, je viendrai avec la vidéos et toutes ses explications. Mais sachez que j’avais déjà alerté les 577 députés dès avril1998, sur les risques d’utilisation des fréquences Wifi, qui est dans le même spectre que celui des fours micro-ondes. Mieux, vous ignorez TOUS, que nous avons aussi des fours micro-ondes en 900 MHz. Je travaille sur des sources radioélectriques depuis les années 70, alors j’ai pas de leçon recevoir; De plus NOUS, on a des manuels avec des consignes de sécurité depuis 1970 au moins, que même nos médecin du travail ne connaissent pas comme je l’explique lors de réunion où est présent M. Vergnes, ou de mes conférences, en m’étonnant que certains médecins ne soient pas radiés pour faute inexcusable. Des professionnels et militaires ont été impactés, et il y a en plus déjà eu des condamnations même à un seuil non thermique, comme je l’ai signalé à des ministres et à plusieurs agences, mais tout le monde s’en moque.
    J’ai oublié de l’écrire sur mon site que je vais modifier, mais je vous autorise à faire circuler mes lettres ouvertes.

  10. J’ai oublié de préciser que j’ai expédier mes lettres ouvertes à tous les présidents de groupes au sénat et à l’assemblée nationale, ainsi qu’à l’ANSES, l’OPECST, et 2 ministres. Vous trouverez aussi un article que j’ai publié le 26 décembre sur Agoravox, où vous pouvez mettre aussi vos commentaires.

    http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-pdg-de-la-silicon-valley-161158
    « Les PDG de la Silicon Valley interdisent les téléphones mobiles, smartphones génotoxique, tablettes graphiques et tactiles à leurs enfants, et ils les mettent dans des écoles sans Wi-Fi »

    • Bonjour M. filterman,

      Merci pour votre commentaire, je me suis permis de mettre en lien votre droit de réponse à l’article de M. Seznec.

      Cordialement,

      Jérôme

      • Il n’y a pas de problème, vous pouvez mettre tous les liens que vous voulez vers mon site, et même mettre le lien vers mon sujet 314 (http://filterman.comlu.com/gsm-314-filterman_droit_de_reponse_que_choisir_ehs.htm). Je viens d’y rajouter hier une vidéo qui montre que les fourmis n’aiment pas les bonnes ondes inoffensives des portables. M. Seznec dénonce page 25 les menaces et pressions contre les opérateurs dans son article sur « Que Choisir » de janvier, mais il n’a rien dit des pressions et menaces contre les spécialistes et scientifiques indépendants, ou sur cette chercheuse dont on a bloqué la publication des travaux sur les fourmis et sur les protozoaires, ce qui est une violation d’un article de la CEDH, sur l’entrave à la liberté de communication. Il pourrait parler aussi des menaces contre le Dr George Carlo dont la maison avait brûlé, ex-défenseur du lobby, et qui est venu à l’assemblée nationale en 2000, de la censure de la presse TV, et des pressions contre les journalistes de plusieurs documentaires. Il faut que je retrouve un autre lien où il a été décidé d’interdire le Wifi dans les écoles à Hambourg.

        J’ai répondu point par point avec 26 vidéos à M. Erwan Seznec de « que Choisir », qui demande ce que je faits au comité du CRIIREM sur Public Sénat. Si j’y suis, c’est parce que j’ai de nombreuses infos scientifiques sur les types de guerre non conventionnels, des milliers de vidéos, et des dizaines de milliers de pages déclassifiées, sur les armes micro-ondes, la guerre bactériologique, la guerre climatiques y compris par le biais de la manipulation de CEM, et sur la modification de l’ionosphère. Les militaires en faisant dès manips ont provoqué dès les années 50 des inondations comme l’a confirmé un ministre anglais, mais tous les documents sont devenus secrets et ont été dissimulés sous le tapis. Si Certains veulent m’auditionner au sénat ou à l’assemblée nationale, inutile de dire que je n’ai pas peur, parce que je suis blindé, et je viendrais même avec la carte des navires toxiques et des déchets radioactifs qui ont été coulé en Méditerranée dont j’ai parlé il y a 12 ans, dans des fausses au large de la Bretagne, ou dans la manche. Dommage qu’il n’ai pas parlé de çà sur Public Sénat, c’est vrai que le lobby nucléaire n’a pas du apprécié, mais ne vous inquiétez pas, je vais refaire un article sur ce sujet que j’avais complètement oublié depuis.

        Pour certains médecins que je ne cirerai pas, ils sont obligés d’évoluer suite à ce que je dits lors de conférences ou de réunions, parce que je parle des accidents civiles et militaires, des condamnations à l’étranger à un seuil non thermique pour une chez les professionnels, et en plus je rappelle les consignes de sécurité qui existent depuis 1960/70, et des études dans les centre de recherche spatiaux sur les durées d’exposition, dont personne ne parle. Il y a en effet des tableaux qui ont été faits avec des durées d’exposition en seconde, en minute ou en heure à ne pas dépasser, ce que nos médecines ne savent pas et ne veulent pas savoir pour certains. L’histoire de la lumière lunaires ou solaire, ou des coups de soleils est ridicule comparée aux ondes.

        Si le CRIIREM est attaqué, c’est parce qu’il est aussi largement impliqué depuis longtemps avec Michèle Rivasi et quelques autres sur la création de zones blanches, cette création revient à reconnaître la nocivité des ondes, ce que les opérateurs ne veulent pas, car les parents n’achèteraient plus de portable à leurs enfants, voilà la vérité. C’est une affaire de FRIC pour les opérateurs.

      • désolé pour l’acceptation de votre commentaire un peu tardif mais il était dans les indésirables et ce n’était pas de mon fait 🙂

      • bonjour,

        je veux réagir aux propos du journaliste de QueChoisir, sur l’absence de
        preuves formelles de l’action des ondes sur le vivant.
        propos qu’il vient de tenir lors de l’émission de ce matin sur votre
        chaine : 11h25 Le débat – Faut-il avoir peur des ondes ?

        jusqu’à aujourd’hui je ne connaissais pas Erwan Seznec et j’avais une
        bonne opinion du journal qu’il représente.
        mais la mauvaise qualité de ces propos sur la nocivité des ondes
        m’oblige à reconsidérer l’idée que je me fais du journal qu’il représente.
        d’autant plus qu’il veut défendre les consommateurs !
        je ne sais pas s’il est sincèrement ignorant ou hypocritement lobbyiste,
        mais il devrait savoir qu’il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne
        veut pas voir, ou encore, que de la réalité l’on ne comprend que ce que
        l’on en connait, le reste est caché, c’est ce qui fonde le principe de
        précaution …

        le paradoxe de l’activité scientifique est qu’en même temps qu’elle nous
        propose de magnifiques découvertes, elle ignore encore ce qu’elle
        découvrira dans 1 an.
        ce fait doit inspirer de l’humilité et non l’arrogance scientiste dont
        se drapent les lobbyistes. la science ne peut pas être dogmatique sinon
        elle se trahie, et c’est précisément ce que pourrait produire Erwan
        Seznec, au cours de votre émission, par son aveuglement militant, face à
        tant de témoignages concordants.
        dans ces témoignages il se manifeste une réalité qu’il nous faut
        comprendre sans la nier.

        Erwan Seznec, qui prend ombrage de la rectitude scientifique, n’a pas
        hésité au cours de votre émission, à employer comme argument qui
        prouverait selon lui, que la sensibilité des humains aux ondes n’est pas
        avérée. le fait, que selon lui, personne n’aurait gagné un concours
        fortement doté, qui existerait au Texas et qui récompenserait la
        première personne qui saurait détecter avec sa sensibilité un smartphone ?
        chacun a pu apprécier la portée scientifique de cet argument :-))
        il faudrait d’abord que nous ayons tous connaissance de ce concours !

        pour ma part je ne porte plus de montre électronique depuis 1992.
        elle me causait des douleurs au poignet et sur les tempes.
        il me suffisait de la retirer pour que ces douleurs cessent rapidement !
        ceci est un fait vécu dans ma chair et non le symptôme de je ne sais
        quelle pathologie.

        je possède un samsung galaxy s3 réputé pour son faible DAS.
        je l’ai car il m’a été offert par un ami en 2013.
        j’active ses antennes que lorsque j’en ai besoin.
        car je suis sensible à son antenne 3G et wifi
        c’est à dire que lorsque l’une de ces antennes est active,
        progressivement apparaissent des douleurs dans les articulations de la
        main qui tient le smartphone ainsi qu’ à ma tête.
        alors je désactive cette antenne et les douleurs disparaissent. ceci est
        un fait reproductible, vécu dans ma chair et non un autre symptôme de je
        ne sais quelle pathologie.
        c’est pourquoi j’utilise mon gs3 avec un kit piéton.
        dans une moindre mesure je suis sensible à mon DECT.

        pourquoi plus la 3G et le wifi que les autres sources d’émissions ?
        je n’en sais rien. mais je sais qu’un chercheur qui ne veut pas explorer
        un chemin ne trouvera pas ce que contient ce chemin et qu’un journaliste
        qui ne veut pas entendre les témoignages, n’entendra rien.

        j’invite Erwan Seznec à me contacter pour évaluer l’authenticité de mon
        expérience.
        car soit je suis malade et dans ce cas il me rendra un grand service.
        soit il se fourvoie (de bonne foi) et je désire lui rendre service.

        pourtant les traces de la sensibilité des humains aux ondes jalonnent
        notre histoire.
        j’ invite Erwan Seznec à faire l’expérience par lui même, d’accompagner
        un radiesthésiste sur le terrain et de le voir, sans aucun autre
        instrument que son corps, détecter avec précision un courant d’eau
        souterraine, en donner la profondeur, le débit et la direction.
        le Pr Yves Rocard a consacré les dernières années de sa vie à explorer
        sa propre capacité de radiesthésiste.
        ira t il jusqu’à mettre en cause son objectivité scientifique ?

        la biologie connaît, de longue date, l’importance des micro-courants
        électriques dans le fonctionnement du vivant.
        alors que nous sommes constitué d’une importante activité électrique,
        nous serions insensibles aux ondes électromagnétiques ?
        et elle ne pourraient en aucun cas avoir un effet négatif sur notre
        physiologie ? seulement que du positif ?
        comment peut il défendre une position aussi absurde? et entrainer avec
        lui tous ces lecteurs ?

        je ne sais pas pourquoi il existe des personnes radiesthésistes et
        d’autres pas.
        de même que je ne sais pas pourquoi certaines personnes sont plus
        sensibles que d’autre aux ondes électromagnétiques.
        mais il se manifeste là un fait réel et objectif qu’il faut comprendre
        autrement qu’en niant son authenticité.

        bien cordialement,

  11. C’est pas grave pour le retard, moi aussi je retrouve certains courriers de ceux qui m’écrivent dans le dossier indésirable. Je viens de publier un autre article en réponse à « Que Choisir », mais ce coup-ci avec la carte des poubelles nucléaires rayonnantes en mer. Je comprendrai que vous jugiez inutile de publier ce post, qui n’a rien à voir avec les EHS, mais je même quand même le lien.

    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/la-revue-que-choisir-fait-remonter-162926

    Encore une « thèse conspirationniste » (sic), mais qui vient de procureurs anti-mafias, et toujours pas de réponse de « Que Choisir ». Le compte d’une des vidéos présente sur la toile depuis 2010, a été « censurée » 10 jours après la publication de ma page 314, comme par hasard, celle sur l’enfouissement des déchets en Allemagne, preuve que les industriels lisent mon site.

  12. A l’attention des internautes qui tomberaient par hasard sur cette interminable discussion : nous sommes le 28 mars 2015, voilà des mois que j’ai commencé à enquêter sur les présumés électrosensibles. Pour causer, ça cause, mais je n’en ai toujours pas trouvé un seul qui accepte de faire la démonstration de sa présumée sensibilité. Je dis bien, pas un seul. Du moins s’il s’agit d’un test sérieux, avec un protocole validé par des experts neutres. Je n’ai rien de plus à ajouter.

    Erwan Seznec

    • Monsieur Seznec,

      Je veux bien être gentil mais moi aussi j’ai certaines limites et revenir essayer de vous justifier tout ça parce que vous n’assumez pas la critique est bien pitoyable. Le problème dans votre cas, c’est que vous avez cru en faisant ce dossier à charge que vous alliez pouvoir étouffer le plus gros de cette critique avec des menaces juridiques qui n’étaient aucunement justifiées, en tout cas en ce qui me concerne. Vous n’avez même pas eu la décence de publier un droit de réponse aux divers mises en cause et en revanche moi je devrais vous accorder un énième droit de réponse sur mon blog pour vous justifier une nouvelle fois, est-ce vraiment sérieux M. Seznec ?

      Non je ne le pense pas et « les internautes qui tomberaient par hasard » sur ce blog auront l’occasion de se faire une idée par eux même que ça soit avec mon article ou votre première intervention assez explicite quand à vos intentions. Le fait que vous pensiez que l’électrosensibilité n’est qu’une vue de l’esprit vous regarde, mais que vous utilisiez Que Choisir, journal censé défendre les consommateurs, comme tribune pour décrédibiliser à la fois les malades, même s’ils ne sont pas reconnus comme tel, et les associations que les défendent est proprement scandaleux.

      Et maintenant vous venez en rajouter une couche en disant que vous n’avez jamais rencontré un malade qui puisse confirmer ou infirmer sa maladie suivant un protocole dont nous n’avons aucune information, ni connaissance des « experts indépendants » qui en sont à l’origine. Une chose est sur M. Seznec c’est que vous n’en verrez plus beaucoup d’électrosensibles qui veuillent bien se soumettre à vos tests …

      Je n’ai rien de plus à ajouter non plus, ah si, ne vous donné pas la peine de répondre, c’est le dernier message que vous posterez ici.

      Prieur Jérôme

    • M. Seznec, déjà j’ignorais que vous étiez spécialiste NRBC à « Que Choisir ». En ce qui me concerne, j’ai répondu à votre article par un email argumenté sur tous les points que vous avez soulevé, ainsi qu’à M. Bazot et M. Bazin de la chaine Public Sénat. J’ai même rajouté en prime 26 vidéos qui sont édifiantes, et qui démontrent la véracité de mes propos, on aurait du mal à faire mieux. Cela explique pourquoi je suis membre du comité scientifique du CRIIREM, étant en plus un ancien de l’aviation, des radars et des télécoms. Mes arguments et lettres sont sur ma page ci-dessous
      http://filterman.comlu.com/gsm-314-filterman_droit_de_reponse_que_choisir_ehs.htm

      Pour finir, la personne qui est à l’origine du principe ALARA, terme que vous devez connaître, c’est le scientifique pionnier des CEM / EEG, un des membres responsables du département médical de la NASA et des missions spatiales Appollo, conseiller à l’époque aussi à la Maison Blanche, le Pr Ross Adey, ex-paton aussi de l’EPA. Je vous rappelle aussi qu’une ancienne médecin de l’OMS était EHS, mais elle n’a pas pu conserver son poste très longtemps, cela faisait désordre pour les télécoms. Qu’on ne sache pas ce qu’est le facteur d’entrainement cellulaire dans ce pays, c’est plus que surprenant. Je vous rappellerais que depuis les années 60, nous avons des consignes de sécurité dans nos manuels constructeurs, ce qu’ignorent nos médecins du travail, qui ignoraient aussi les risques de l’amiante, du tabac, du BPA, etc… Certains croient encore aujourd’hui que les nuages de Tchernobyl sont toujours restés derrière la frontière.

      Quant à un scientifique ex-officier du renseignement britannique, avec qui j’avais pris contact, je rappellerais ici ses propos : « Je pense que quiconque met WiFi dans une école devrait être emprisonné à vie. Je le pense vraiment. Je pense qu’ils ne sont pas aptes à fouler la surface de cette planète, parce qu’ils ne sont pas informé des recherches. » J’ai proposé aux ministres concernés de le rencontrer, mais ce qui m’ont répondu ne m’ont pas demandé à le rencontrer, pourtant le niveau du Wi-Fi est plus faible que le GSM. La norme dans les pays de l’EST est de 6V/m sur une journée du travail, alors que nous on est à 60 V/m, norme inapplicable en exposition continue. Sans parler de 3 ambassadeurs US successifs qui ont été en poste à Moscou, et qui sont décédés de leucémie à cause des systèmes d’interception. Il est vrai que les agents russes qui les utilisaient sont les premiers à être décédés dès 1945 suite à l’exposition à certains de leurs dispositifs dont j’ai parler lors d’émission de radio à plusieurs reprises, ce qui explique leur avance dans les normes d’exposition. Je ne parlerais pas des études du Dr Bastide, Dirk Adank sur les rats, ou du Pr Dode au Brésil qui met en évidence une augmentation des décès par cancer dès que les riverains sont plus proches des antennes relais. Elle m’a d’ailleurs communiqué sa réponse après sa mise en cause par l’ANSES (http://filterman.comlu.com/gsm-298.htm).

      Je mets ici un petit extrait d’un document du DOD, qui confirme mes propos, et répond à quelques uns des points de votre article, qui ne sont pourtant pas de votre compétence.
      ————————————————————————————-
      Press Operations Transcript
      DoD News Briefing: Secretary of Defense William S. Cohen
      Presenter: Secretary of Defense William S. Cohen
      28 avril 1997 8:45 AM EDT
      Avec le Sénateur Nunn à l’origine d’une loi appelée Nunn/Lugar legislation.
      Extrait du Briefing

      « …/… Il y a certains rapports, par exemple, que certains pays ont essayé de construire quelque chose comme un virus Ebola, et ce serait un phénomène très dangereux, pour dire le moins. Alvin Toeffler a écrit à ce sujet en termes de certains scientifiques dans leurs laboratoires tentent de mettre au point certains types d’agents pathogènes qui seraient ethnique spécifique afin qu’ils puissent simplement éliminer certains groupes ethniques et races; et d’autres conçoivent une sorte de génie, une sorte d’insectes qui peuvent détruire des cultures spécifiques. D’autres s’engagent même dans un type d’éco-terrorisme par lequel ils peuvent modifier le climat, créer des tremblements de terre, commander des volcans à distance grâce à l’utilisation d’ondes électromagnétiques…/… »
      ——————————————————————————–
      Enfin je vous répète ces éléments, alors que je vous avais déjà transmis toutes ces informations, mais au cas où vous ne les auriez pas reçu……… Je n’ai rien d’autre à ajouter, mais vous savez o me joindre en cas de besoin, toujours est-il que votre rédacteur en chef était lui beaucoup plus modéré.

  13. Pour avoir effectué pas mal d’installation de relais point à point, je confirme que toutes les personnes qui restent longtemps à proximité immédiates ( disons en face) des antennes ont des des étourdissements ( du moins à 7GHz), mais encore faudrait être exposé à proximité d’un relais, car la puissance diminue fortement en fonction de la distance ( au moins en r2). Donc la question est de savoir si des personnes développent ( ou naissent avec) une sensibilité très au dessus de la moyenne et seraient sensibles à des niveaux beaucoup plus faibles. C’est possible car la nature crée toute sorte de variations au niveau des perceptions chez les humains.
    En toute état de causes il y a des solutions qui permettent de diminuer cette radiation tout en conservant le service, mais ces solutions coutent plus cher et donc les équipementiers n’en veulent pas…il faudrait que la puissance publique impose ces solutions, par exemple par l’intermédiaire des régulateurs ( arcep) mais les politiques semblent aussi boter en touche!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s