Publication sur terrafemina.com

terrafemina-453341df65b676f3f33c0b4f505aacd5

La semaine dernière j’ai été contacté par un des community manager (animateur de communauté) du site TerraFemina.com afin de voir s’il était possible que je fasse un article ou une interview sur mon expérience d’électrosensible. Bien que je ne sois pas fan de ce genre de concept, faire travailler les gens pour peanuts et augmenter son nombre de vu afin d’être plus rentable grâce aux annonceurs, mais ça a l’avantage d’augmenter sa visibilité sur internet et quand on est électrosensible, on est souvent décrié par les médias et ça permet un peu d’équilibrer les choses comme avec le témoignage de Sophie Pelletier sur rue89.com.

Étant donné que c’était pendant la période de sortie de la méta-analyse de l’ANSES et que je devais préparer mon article dessus « Le double jeu de l’ANSES », je ne me voyais pas écrire un article en parallèle. Aussi modeste soient mes articles, il n’empêche que ça me demande beaucoup d’effort intellectuel, je ne sais pas si c’est à cause de mon électrosensibilité, ça doit jouer sûrement un peu mais il me faut quatre à cinq jours pour écrire certains articles qui pourraient être faits en une journée, à la limite deux. Ce qui me prend le plus de temps c’est l’organisation des idées, ou la désorganisation devrais-je dire, car je travaille par petit bout et jamais dans un sens précis, je peux commencer par le milieu puis la fin pour finir par le début.

Enfin bref j’ai demandé à ce que ça soit sous la forme de questions précises dans un premier temps afin que cela me prenne le moins de temps possible, ce qui donnera l’interview que vous trouverez à la fin de l’article. Mais finalement, une semaine après le premier contact, j’ai fini par écrire l’article complet, j’étais un peu sur la lancée de mon article sur l’ANSES et ça ne m’a pas demandé d’effort particulier ce coup-ci, surtout que je me suis reposé sur l’ébauche d’interview pour en faire le texte complet. Concernant l’article en lui-même, rien de particulier, j’ai essayé d’être le plus exhaustif concernant l’intolérance aux ondes, a noté tout de même que ce qui a été publié n’est pas le texte d’origine, ça a été un peu remanié et un peu édulcoré par endroit mais bon ça reste dans l’esprit de l’original.

Electrosensibilité : quand les ondes électromagnétiques deviennent un calvaire au quotidien

31899

L’intolérance aux ondes, aussi désignée par électrosensibilité, est une pathologie qui est encore mal reconnue par la médecine moderne et qui pourtant touche des centaines de personnes. Les nouvelles technologies de communication qui sont censées interconnecter de plus en plus de monde via les réseaux sociaux, finissent par en désocialiser certains. Certains sont en effet incapables d’utiliser les outils modernes sans risquer de voir apparaître des symptômes plus ou moins gênants et qui sont sources de handicap au quotidien. Mais quels sont les symptômes de l’électrosensibilité ? Comment se protéger efficacement des ondes au quotidien ? Témoignage.

La suite sur Terrafemina.com

@+ Jay

Interview Originale sur mon témoignage d’électrosensible :

Comment en êtes-vous venu à suspecter votre électrosensibilité et Quels sont les symptômes de l’électrosensibilité ?

Entre le premier symptôme et la découverte de la responsabilité des ondes sur mes problèmes de santé, il s’est écoulé une quinzaine d’années. Pendant mon adolescence J’ai commencé par avoir un problème de peau chronique sur le visage, des plaques rouges apparaissaient sur mon visage et par cycle je pelais au même endroit. À l’époque ça avait été diagnostiqué comme une dermite séborrhéique par mon médecin de famille qui avait mis ça sur le compte du stress. Une dizaine d’années plus tard j’ai commencé par avoir des problèmes de mémoire à court terme (les clés qu’on pose quelque part et que l’on retrouve plus 1 seconde plus tard). Durant la même période j’ai eu des problèmes d’insomnie, tous les jours sur les coups des 3 ou 4 heures du matin je me réveillais sans aucune raison apparente et j’avais un mal de fou à me rendormir par la suite, rétrospectivement je pense que c’était lié a la borne WIFI qui était dans ma chambre qui est à l’origine de ces symptômes. Début 2009, d’autres problèmes de santé apparaissent, je commence à avoir des acouphènes bilatéraux qui sont assez faible mais qui ont tendance a augmenter régulièrement sans que j’en trouve la raison, j’ai évité tous les comportements à risque, arrêté d’écouter mon lecteur MP3, je me suis protégé des bruits trop forts avec des boules-quies mais toutes ces précautions n’ont servi à rien, mes acouphènes ont continué d’augmenter.

Peut-être, 3 ou 4 mois plus tard j’ai commencé à avoir des picotements dans les orifices des oreilles pendant 2/3 jours qui se sont transformées en chaleur diffuse au même endroit, je constate que ces symptômes ne se produisent que sur mon lieu de travail à La Défense mais impossible d’expliquer ce phénomène et c’est un concours de circonstances qui m’a fait réaliser le lien entre les ondes et mes problèmes de santé. Un de mes collègues qui se situait en face de moi avait demandé à être équipé d’un DECT (téléphone sans fil) dans le cadre de son travail et depuis l’apparition de cet équipement j’avais régulièrement des mots de tête alors que je n’avais jamais été migraineux. Par la suite j’ai demandé a ce que mon collègue n’utilise plus son téléphone et j’ai changé de place dans notre bureau car j’avais pas mal d’équipement comme une grande télé plasma et plusieurs écrans LCD dans mon environnement proche mais les chaleurs diffusent ce sont transformés en brûlure mais que sur une partie de mon visage, celle qui était exposée à la fenêtre.

Notre bâtiment était un vrai nid à antenne, au moins une dizaine d’émetteurs y étaient hébergés dont un accolé sur la façade contiguë à notre bureau. En face de notre bâtiment ce n’était pas mieux, un des bâtiments en face avait aussi des antennes et depuis la vue de mon bureau on voyait les faisceaux hertziens du Mont Valériens, malheureusement ma situation était tellement intolérable, j’avais mon oreille interne qui devait être touchée car j’avais des pertes d’équilibre et j’étais nauséeux, que j’ai quitté mon travail sans savoir quelle était vraiment l’origine de ces déconvenues bien que j’ai prévenu la médecine du travail et le CHSCT de mon entreprise pour lequel je travaillait.

À la suite de cette période je me suis mis au vert mais malgré cela j’ai gardé des séquelles de cette expérience puisque par exemple à chaque exposition j’ai des picotements qui apparaissent au niveau de mon visage et si je m’expose trop ça se transforme en brûlure assez désagréable. Idem pour les acouphènes qui n’ont jamais vraiment cessé d’augmenter même si c’est assez faiblement, en revanche j’ai constaté une amélioration concernant mes problèmes de peau qui ont tendance à s’estomper quand je ne m’expose pas.

Smartphones, ordinateurs, télévisions… autant d’appareils qui vous soumettent aux ondes tous les jours. Comment gérez-vous votre électrosensibilité au quotidien ?

L’électrosensibilité, c’est une remise en cause complète des limites que l’on avait, enfant on nous apprend à faire attention aux voitures, ou de ne pas toucher au casserole bouillante pour éviter de se brûler et quand on devient électrosensible on revient à cette période de l’apprentissage des dangers qui nous entoure et qui vise pour le coup à se prémunir des champs électromagnétique, sachant que toute notre société repose sur des technologies qui émettent des ondes comme l’électricité avec le courant alternatif ou encore la transmission de donnée avec la téléphonie mobile, c’est loin d’être de tout repos.

À cela se rajoute une complication, quand on est issu de ma génération qui a toujours été connectée, il faut s’en détoxiquer et ce n’est pas aussi simple dans un monde qui justement est à contre-courant de vos problèmes. Personnellement j’ai arrêté d’utiliser mon portable excepté quand je n’ai pas le choix, j’ai éloigné la tour de mon pc de 2/3 mètres pour éviter l’exposition aux basses fréquences et concernant la télévision ça ne pose pas trop de problèmes, j’arrive même à jouer aux jeux vidéos du moment que j’utilise une manette filaire. J’évite de sortir afin de limiter mon exposition aux personnes qui aurait un portable, pas de cinéma ou d’autre activité qui regroupe trop de monde, on vit un peu à la marge de la société, plus par contrainte qu’autre chose. Néanmoins j’essaye tant bien que mal de vivre normalement tout en prenant en compte mon handicap et de toute façon dès que j’abuse de technologie dont je ne devrais plus utiliser ou que je m’expose trop, mes symptômes sont là pour me rappeler à l’ordre.

Comment se protéger efficacement des ondes néfastes ?

Elles ne sont pas considérées encore comme néfastes d’après le dernier rapport de l’ANSES mais si vous voulez vraiment vous en protéger il n’y a que peu de solution car les normes sont assez laxistes en France, 41 V/m pour la 2G et 61 V/m pour la 3G mais ne sont basés que sur l’effet thermique, le seul effet avéré des champs électromagnétiques. Avant toute chose il faut savoir si votre habitat ou votre lieu de travail sont exposés, à quoi ça sert de se protéger si on n’est pas exposé … À votre domicile, il existe des entreprises spécialisées qui peuvent faire un diagnostique plus ou moins précis mais ça reste assez onéreux. L’autre solution est de s’équiper d’appareils de mesure d’entrée de gamme qui peuvent vous permettre de faire un premier état des lieux et qui sont assez simples d’utilisation. Concernant votre lieu de travail, il est possible de se rapprocher du Comité hygiène de sécurité et des conditions de travail de votre entreprise afin de connaître votre niveau d’exposition.

Si vous êtes exposé à des valeurs qui sont assez élevées, au-dessus de 1 V/m on peut commencer à se poser des questions, vous avez que peu de choix, essayer de contacter l’ANFR pour dire que vous êtes exposé à un point atypique mais il y a peu de chance que ça aboutisse. Après si vraiment vous ne voulez pas être exposé, vous pouvez changer de travail ou de domicile ou encore appliqué des peintures qui empêchent la propagation des ondes mais si vous n’avez aucun symptôme je pense qu’il ne faut pas non plus tomber dans la paranoïa. En revanche concernant la pollution électromagnétique intérieure il est tout à fait possible de s’en prémunir, le but étant d’éviter l’exposition chronique. Il vaut mieux utilisé des ampoules LED que les ampoules fluocompactes qui sont une source de champs électromagnétiques, utiliser des équipements sans fil avec la norme ECO+, éteindre le WIFI des box quand on ne l’utilise pas ou préférer une connexion filaire pour une longue utilisation d’internet par exemple. Dans son rapport, l’ANSES a fait une petite illustration de tous les équipements susceptible d’émettre des champs électromagnétiques. (voir pièce jointe).

Quels spécialistes consulter en cas d’electrosensibilité ?

À l’heure actuelle vous avez peu de chance d’être pris au sérieux par la médecine moderne, il existe bien les consultations du Professeur Belpomme qui a mis en place un protocole de diagnostique et de traitement mais qui s’est avéré inadéquat par rapport à ma situation puisque d’après ses examens je ne suis pas considéré comme électrosensible et son traitement n’a pas amélioré mon état de santé. Ensuite vous avez l’étude Cochin mais ce base que l’hypothèse que cette pathologie est d’ordre psychologique, c’est qui est loi d’être le cas … En France on est un peu en attente de considération et tout reste à faire concernant la recherche dans ce domaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s