Encore des études « rassurantes »

Crédit photo : Pixabay -  CC0

Crédit photo : Pixabay – CC0

Décidément, si vous vous intéressez à la question des ondes et de leurs effets sur la santé, vous constaterez que dans les médias grands publics le discours est souvent assez optimiste.

Dernier cas en date, le reportage de France 3 sur une électrosensible dont le témoignage est confronté au chercheur Philippe Leveque de l’institut Xlim de Limoge et on retrouve bien sur le fameux discours des bisounours sur les radiofréquences : « avec le recul que l’on a, la communauté scientifique dans son ensemble ce montre très très rassurante ».

Quand on est spectateur de ce genre de mise en perceptive de l’électrosensibilité, on peut se dire qu’il n’y a pas péril dans la demeure, mais encore faut-il ne pas s’arrêter aux apparences. Pour cela, on peut aller glaner des informations sur le site de cet institut et là ça commence à devenir un peu plus intéressant, ou moins rassurant selon le point de vue d’où l’on se place.

La plupart de leurs recherches semblent concernées la technique dans le domaine des radiofréquences, en ce qui concerne les effets sanitaires, il y en a qu’une qui semble publiée : « effets des radiofréquences issues du téléphone portable sur les cytochromes p450 réductase humaine » .

Étant donné que la communauté scientifique semble dire qu’il n’y a pas de soucis à ce faire, on devrait retrouver cette conclusion sur cette étude, sauf que ce n’est pas trop le cas. En plus de concerner des niveaux d’exposition assez loin de l’effet thermique mais plutôt des derniers portables à la pomme (1W/kg), pour une durée limitée à une seule heure, et pourtant les résultats indiquent qu’il y a une légère altération du mécanisme de transfert des électrons et de la structure les cytochrome P450 réductases.

Du coup après avoir lu ça, je ne sais plus trop quoi penser, surtout quand je tombe sur un article de Wikipédia qui indique que ces hémoprotéines jouent un rôle dans l’apparition de certains cancer ou qu’elles sont très impliquées dans la biodégradation de nombreuses molécules exogènes.

Mais bon, comme c’est de légères modifications, on va dire que c’est rassurant. Une autre étude « rassurante » a été publiée le 7 juillet dernier dans la revue Electromagnetic Biology & Medicine, c’est plus exactement une méta-analyse qui porte sur une centaine d’études concernant les effets oxydants des radiofréquences sur les cellules humaines.

Sur les 100 études portant sur les effets oxydants dus à une exposition aux radiofréquences, 93 d’entre elles ont confirmé que les ondes induisent ces effets sur le système biologique. Le champ pathogène des Dérivés réactifs de l’oxygène qui sont induits et leur participation dans la signalisation cellulaire peuvent expliquer un large éventail d’effets biologiques et sanitaires.

Le chercheur Igor Yakymenko, co-auteur de l’étude, indique que le stress oxydant généré par les expositions aux radiofréquences peuvent expliquer non-seulement l’apparition de cancer, mais aussi des troubles mineurs comme les maux de tête, la fatigue, les irritations de la peau, qui pourraient se développer après une exposition à long terme.

Encore une fois, je ne sais que penser, les chercheurs disent que les connaissances sur les ondes sont rassurantes et que les électrosensibles souffrent d’un problème psychologique. Pourtant si on compare mes symptômes et ce qu’indique Igor Yakymenko, il y a quelques coïncidences troublantes, mais pour se rassurer on dira juste que c’est du pur hasard, il ne faudrait pas agiter des peurs irrationnelles.

@+ Jay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s