Rendez-vous au ministère de la santé pour PRIARTEM

Je relaye l’information concernant d’une part, la lettre ouverte des associations militantes en faveur de la régulation des antennes relais au ministre de la santé, Marisol Touraine, et d’autre part le rendez-vous entre l’association PRIARTEM avec un conseiller de ce même ministère, et non la ministre elle-même, sur le sujet des ondes. Malheureusement vu comment est traité ce sujet par la majorité actuelle, notament après le renvoi en commission de la proposition de loi n°531 concernant la régulation des ondes mais aussi la prise en compte de l’électrosensibilité et de la complète absence de position sur le sujet de ce ministère à contrario du ministère de Mme Pellerin déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique et que ce genre d’invitation n’étant pas une première, je doute que cela donne quelque chose mais sait-on jamais, on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise pour une fois 😉

A l’appui de la toute récente actualité concernant l’étude des radiofréquences et de plusieurs grandes avancées à l’international reconnaissant l’existence de l’hypersensibilité électromagnétique, le Collectif des Electrosensibles de France et Priartem, soutenus par Le Lien et Agir pour l’Environnement, réitèrent leurs demandes à la Ministre de la Santé concernant l’urgence d’une prise en charge adaptée et concertée.

Tout d’abord, la toute récente étude française menée par l’Université d’Amiens et par l’INERIS montre des effets possibles des radiofréquences sur le sommeil même à faible niveau d‘exposition (1 V/m). « Normalement, à ce niveau d’exposition aux ondes, qui est très faible, il ne devrait rien se passer, s’étonne encore René de Sèze, de l’unité de toxicologie de l’Ineris. Or, l’organisme est bousculé, ce qui dénote sûrement un effet cumulatif de l’exposition aux ondes » 1. « Ces résultats sont cohérents par rapport à ce que vivent les personnes électrosensibles dont le sommeil est de mauvaise qualité ou brutalement interrompu en pleine nuit » note Sophie Pelletier, en charge de la veille scientifique au Collectif des Electrosensibles de France et référente EHS à Priartem. « Pour la première fois, le dogme qui veut que les radiofréquences n’auraient pas d’effet néfaste à faible dose ni d’effet cumulatif est remis en cause par une équipe jusqu’à présent très sceptique sur de tels effets ».

Sur le plan de la reconnaissance, des nouvelles importantes nous viennent de l’étranger. En Allemagne, la toute récente classification des maladies reconnaît désormais l’électrosensibilité comme étant en relation avec l’environnement physique (radiations). En Australie, l’employeur d’un chercheur électrosensible dont l’état a été aggravé à cause de son travail a été définitivement condamné à l’indemniser.

Ces deux récentes décisions complètent des initiatives plus anciennes comme l’intégration en 2000 de l’intolérance électromagnétique dans la classification des maladies et troubles d’origine professionnelle des pays nordiques ou encore les réflexions sur l’accessibilité des lieux publics pour les personnes atteintes aux Etats-Unis en 2005.

Pourquoi rien de tel en France ? L’an dernier, la justice a finalement condamné un opérateur de téléphonie mobile à indemniser une personne devenue électrosensible pour la protection de son logement. Plusieurs personnes ont par ailleurs été reconnues comme travailleurs handicapés pour cause d’hypersensibilité électromagnétique. Mais cela reste sporadique et donc aléatoire pour les personnes électrosensibles ce qui n’est pas acceptable.

Pour Manuel Hervouet, cofondateur du collectif des Electrosensibles de France, le silence du Ministère de la Santé devient assourdissant : « Nous avons écrit à plusieurs reprises pour faire des propositions, nous avons été reçus par un conseiller mais aucune solution satisfaisante ne nous est proposée. Nous demandons au gouvernement de nommer un référent ayant autorité et légitimité pour établir un plan d’actions concerté avec les associations ».

Janine Le Calvez, présidente de Priartem explique « Les électrosensibles sont des sentinelles qui annoncent les problèmes sanitaires à venir si rien n’est fait. Nous demandons la réduction de l’exposition de toute la population ainsi qu’une réelle prise en charge des personnes malheureusement touchées, le Ministère de la Santé doit s’engager ! ».

Une plate-forme de revendications portée par les associations signataires est disponible pour servir de base aux réflexions. Celle-ci prend le soin de traiter la question dans toutes ses dimensions, qu’elles soient temporelles (situations d’urgence, actions à court terme ou plus long terme), scientifiques (nécessité de connaissance pour prévenir et guérir) ou encore sociétales (nécessité d’une reconnaissance des personnes atteintes et gestion de leurs situations dans une perspective de garantie des droits des personnes).

Il y a urgence à mobiliser des solutions pour les personnes déjà atteintes, se trouvant dans des situations précaires pour leur santé et leur insertion sociale et professionnelle et pour prévenir l’apparition de nouveaux cas.

Dernière minute :

Ironie du calendrier, nous recevons ce midi un courrier de réponse du Ministère de la Santé à notre lettre ouverte.

Nous ne serons pas reçus par la Ministre mais par un conseiller.

De tels échanges ont eu lieu précédemment sans pouvoir avancer sur des prises de décisions.

La nomination d’un référent mandaté en vue de l’établissement d’un plan d’actions est indispensable pour avancer, notamment sur les mesures les plus urgentes comme la mise à l’abri des personnes développant les premiers symptômes d’hypersensibilisation et l’accessibilité des centres de soins. Les pouvoirs publics ne peuvent pas éternellement se défausser sur les programmes de recherche en cours. Ceux-ci mettront en effet des années à élaborer une compréhension des mécanismes en jeu et des moyens thérapeutiques sur lesquels on pourra avoir un réel retour en terme d’efficacité.

Ce courrier confirme, une fois de plus, que le gouvernement n’a pas conscience de la problématique spécifique des personnes hypersensibilisées dont l’organisme réagit à des niveaux extrêmement faibles, ni de l’urgence, parfois vitale, de certaines situations individuelles.

Les conséquences des récentes actualités que nous avons mises en lumière doivent être prises en compte le plus rapidement possible.

Contact presse :

Collectif des Electrosensibles de France : contact [at] electrosensible.org – http://www.electrosensible.org

Priartem : 01 42 47 81 54 – contact [at] priartem.fr – http://www.priartem.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s