L’exploitation nauséabonde de la mort d’un jeune skieur

La science sans conscience n’est que ruine de l’âme disait Rabelais et nous avons un parfait exemple de cette science aveugle, ou tout du moins de ces apôtres qui s’en réclament, qui dans des articles indécents publiés sur Rue89 et sur Que Choisir, ont profité de la mort d’un jeune skieur suite à une avalanche dans le Vercors pour réaffirmer leur dogme sur la technologie des ondes sans avoir une once d’empathie pour la victime.

envie2vomir

Le 28 janvier dernier, une excursion de ski dans le cadre d’une sortie scolaire dans le Vercors organisé par le lycée Diois situé dans la Drome a tourné au drame. Le groupe composé d’une quinzaine d’élèves et de trois encadrants se trouvait dans la partie supérieure de la combe Chaulange à 1800 mètres d’altitude quand ils se sont fait surprendre par la rupture d’une corniche qui a engendré une avalanche. Parmi le groupe, quatre skieurs ont été entraînés par la coulée et se sont retrouvés ensevelis ou partiellement ensevelis. Malheureusement l’un des lycéens enseveli a été retrouvé après 2 heures de recherche et n’a pas pu être réanimé.

D’après les premiers éléments de l’enquête, le jeune lycéen ne portait pas de détecteur de victime d’avalanche (DVA), les encadrants n’en n’étaient pas informé car c’était à la charge des élèves de le vérifier et cette information n’avait pas été remontée. Il ne portait jamais ce type d’appareil de sécurité par conviction personnelle, « il pensait que c’était inutile et trouvait même que les ondes pouvaient être nocives », ce qui a ralenti les recherches afin de le localiser. De plus, les secouristes n’ont pas pu être déposés directement sur la zone de l’avalanche, la météo empêchant l’accès à la zone en hélicoptère.

Afin de connaître les responsabilités dans cet accident, une information judiciaire pour « homicide involontaire » a été ouverte. L’enjeu est de savoir si la mort est consécutive à un choc ou à son ensevelissement sous 1m50 de neige. Le procureur de la république de Grenoble à indiqué que « l’autopsie a permis d’établir qu’il y avait eu polytraumatisme et lésions d’étouffement », d’autres examens sont prévus afin de confirmer ou d’infirmer si l’absence de DVA a favorisé le décès de la victime ou si au contraire, cela n’aurait eu aucune incidence.

C’est dans le contexte de ce drame qu’un membre du comité de rédaction de la revue Science et pseudosciences, organe de presse de l’AFIS, a publié un article intitulé « Ce que la peur des ondes pourrait provoquer » , deux jours à peine après la mort du jeune homme. Il a profité de ce fait divers pour l’utiliser dans l’introduction de son article pour remettre en cause le bien-fondé de la loi Abeille votée la veille qui vise notamment a encadrer l’exposition aux radiofréquences. Afin d’éviter de heurter toute susceptibilité, je vous laisse juge de l’interprétation de ses propos mais personnellement je trouve que l’utilisation de cet événement est d’un goût plus que douteux …

Par une coïncidence incroyable – quoique ! –, le jour même où la « loi Abeille » relative à l’exposition aux ondes électromagnétiques était adoptée, on apprenait qu’un jeune était mort en montagne et qu’il ne portait pas de balise Arva qui, peut-être (autopsie en cours), aurait pu lui sauver la vie. Il trouvait que « les ondes pouvaient être nocives »…

Même si l’auteur se tempère un peu sur le fait que la présence du DVA n’aurait pas forcément sauvé la vie de ce jeune homme, l’article de Que Choisir ne s’embarrasse pas de ces réserves. Dans un premier temps, il est fait mention que la « déclaration du procureur de la République de Grenoble [..] illustrait sans équivoque l’existence et le danger de cette psychose », c’est à se demander si c’est cette psychose qui a déclenché l’avalanche et a fait que l’encadrement à laissé partir en excursion un membre du groupe sans matériel de sécurité … De plus, le lycéen aurait « été récupéré vivant mais en hypothermie avancée, il était trop tard pour le sauver », alors que plusieurs sources indiquent qu’il était en arrêt cardio-respiratoire et que l’autopsie n’a pas déterminé la cause du décès …

Personnellement, je pense que mettre la mort de ce lycéen sur le dos de la peur des ondes est d’une malhonnêteté intellectuelle assez caractérisée. Comment peut-on avoir aussi peu de compassion pour la perte d’une vie humaine et s’en servir pour arriver à ses fins, comme si les études scientifiques dites « rassurantes » dont il nous rabâche les oreilles à longueur d’article n’était pas assez suffisantes pour convaincre leurs lecteurs … Comment ne pas comprendre ainsi le peu d’empathie de ces ayatollahs de la science concernant les malades qui subissent les ondes jour après jour sans jamais ne faire l’effort de les écouter.

Il n’en reste pas moins que quel que soit les convictions ou même l’état de santé ne doivent pas faire oublier que la sécurité est une priorité dans n’importe quelle activité à risque. J’ai été confronté au problème lors de mon projet voile car je pensais que ça aurait été une solution pour me mettre un peu à l’écart de cette société afin de limiter mes problèmes de santé. Seulement au niveau sécurité, même si la VHF (radio maritime) n’est pas obligatoire dans l’armement de sécurité, il n’empêche que naviguer sans, c’est vraiment faire preuve d’inconscience. En théorie pour utiliser cet appareil, il faut passer le certificat restreint de radiotéléphonie, ce que j’ai fait il y a moins d’un an malgré mon électrosensibilité car même si la plupart du temps je ne m’en serais pas servi, une galère en pleine mer peu vite arrivé et j’aurais été heureux de pouvoir contacter les secours.

@+ Jay

Publicités

2 réflexions sur “L’exploitation nauséabonde de la mort d’un jeune skieur

  1. Bonsoir, je vous remercie pour cette article. Merci beaucoup, j’ai vecu ce drame et j’ai été personnellement très touchée par l’utilisation des medias de notre personnes et de nos integrités ! Nous avons été suivit, des journalistes ont essayés de nous surprendre de tout les moyens possibles dans un moments ou nous avions tous sauf besoins de cela ! Puis nous avons vu les critiques dans les medias et aussi dans les commentaires ! Tous a vomir, et pleins de scrupules et aneries en tout genre ! Personne ne parle de ces utilisations douteuse de l’information et de la pression ! Merci a vous

    • Je ne peux que déplorer avec vous le manque d’empathie criante d’une partie des journalistes mainstream, nous ne sommes qu’une information potentielle qu’il faut à tout prix traiter pour pouvoir faire de l’audimat et ainsi récolter l’argent des annonceurs. Point de sentiment pour ceux qui sont en deuils ou qui souffrent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s