Migraine et portable, des pistes déjà en 2001

Source : « A report on Non-ionizing Radiation Vol. XX1 No.6 » – microwavenews.com – novembre/decembre 2001

Le professeur Pierre Aubineau pense savoir pourquoi tant d’utilisateurs de téléphone portable ont des maux de tête.

En plus de s’intéresser aux effets des radiations à l’intérieur du cerveau, le professeur Aubineau, directeur de recherche au CNRS au sein de l’université de Bordeaux, se pencha plus particulièrement sur la dure-mère et les autres membranes qui entourent le cerveau, connues aussi sous le nom de méninges. Il a démontré que les rats exposés aux ondes appartenant à la bande de fréquences du GSM développaient des inflammations au niveau de la dure-mère. Le Pr. Aubineau se dirige vers la théorie, avancée en premier lieu par le Dr. Michael Moskowitz de la faculté de médecine de Harvard à Boston, selon laquelle ces inflammations chez l’humain pourraient provoquer des migraines sévères.

Lors de la dissection des crânes des rats qui ont été exposés, le Pr. Aubineau et sa collaboratrice le Pr. Fatma Töre ont trouvé que des protéines avaient fuité des vaisseaux sanguins dans les méninges et le cerveau.

« Ces protéines agissent comme des irritants » indique le Pr. Aubineau au journal Microwave News, « cela provoque des inflammations et des œdèmes, ce qui pourrait générer ces maux de tête ».

Ces découvertes, qui ont été exposées lors de la réunion de l’association « European Biolélectro-magnetics » à Helsinki au début du mois de septembre, pourraient, si cela était confirmé, expliquer la cause de la survenue des migraines chez les utilisateurs de téléphonie mobile comme constaté dans plusieurs études épidémiologiques menées à travers le monde entier.

De plus, ces résultats pourraient aider à enfin trancher la controverse sur la question de l’augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encèphalique causée par une exposition aux radiofréquences. À ce sujet, le Pr. Aubineau indiqua « qu’il avait constaté des fuites au niveau de cette barrière qui protège le cerveau ».

Les professeurs Leif Salford et Bertil Persson de l’université suédoise de Lund, par exemple, ont depuis longtemps acquis la conviction que les micro-ondes de très basses intensités pouvaient entraîner un passage de certains éléments chimiques à travers cette barrière. À l’inverse, d’autres docteurs comme le docteur Stanley Rapoport de l’institut national de l’âge située aux États-Unis, avance que ces études et d’autres similaires, sont « défectueuses ».

Le professeur Bernard Veyret, qui travaille aussi au sein de l’université de Bordeaux, et qui collabore avec le Pr. Aubineau précisa que l’étude de son collègue « n’est pas une réplication de l’étude de Salford« . Il considère que l’étude de l’université de Bordeaux « est plus en adéquation avec une exposition générée par les téléphones portables » que le travail de Salford-Persson.

Les professeurs Aubineau et Töres ont exposé la tête des rats à des radiations de type GSM ayant une fréquence de 900Mhz avec une antenne à boucle (loop) pendant une durée de 2 heures. L’expérimentation a été pratiquée avec 3 différents débit d’absorption spécifique (DAS) au niveau du cerveau, de 0.15 W/Kg, 0.5 W/Kg et de 2 W/Kg. Il a été constaté que l’exposition de la dure-mère, qui est plus proche de l’os du crâne, est plus importante. Par exemple, à 0.5 W/Kg, l’exposition de cette membrane serait de 4 W/Kg approximativement.

« Je serais vraiment très surpris que ça soit un effet thermique » indiqua le professeur Aubineau. « C’est possible à une valeur de DAS de 2 W/Kg mais très peu probable à une valeur de 0,5 W/Kg ». Il concède néanmoins qu’il n’a pas fait de mesure de températures pour l’instant. Cela sera fait au début de l’année prochaine indiqua-t-il.

Dans tous les cas, « cet effet n’est clairement pas lié à un stress, car on constate le même résultat sur des animaux qui sont anesthésiés. »

« À une valeur de DAS de 0.5W/Kg, nous voyons plus d’infiltration dans la dure-mère que dans le cerveau ». Le chercheur nota aussi, qu’autant il est clair que des éléments chimiques passaient à travers la barrière hémato-encèphallique à 2 W/Kg, à 0.5 W/Kg, la fuite est beaucoup plus faible. En ce qui concerne l’expérimentation à 0.15 W/Kg, les résultats ne sont pas encore connus, cette partie sera finalisée fin novembre.

Le Professeur Aubineau prévient que s’il y a des changements au niveau de la barrière hémato-encéphalique à des niveaux de DAS faible, cela pourrait impliquer un effet sanitaire majeur. « Même une légère porosité de cette barrière peut engendrer de très mauvaises choses ».

« J’ai été très surpris de constater un effet à un niveau de si faible puissance ». « Au début de ma démarche, j’avais une opinion négative et je pensais que je n’allais rien trouver. Mais maintenant, cela a fait grandir mon intérêt pour cette question et je souhaite planifier d’autres expérimentations ».

Le travail du laboratoire du professeur Aubineau fait partie du programme de recherche COMOBIO (Communications Mobile et Biologie), sponsorisé à hauteur de 1,6 millions de dollars par le Réseau national de recherche en télécommunication, et qui est en voie de finalisation. Le professeur Veyret est optimiste quant à l’implication du gouvernement français afin qu’il sponsorise le prochain projet connu sous le nom de COMOBIO+. Entre-temps, le professeur Veyret indiqua que France Télécom et Bouygues télécoms fournissent un financement provisoire.

Une réunion va être tenue à Paris le 21 décembre durant laquelle les participants au projet COMOBIO vont exposer les résultats de leur travail.

Les professeurs Aubineau et Veyret font partie d’un comité qui est en charge d’un rapport sur les téléphones portables et les antennes relais pour le gouvernement Français. Ce rapport, qui a été publié un peu plus tôt cette année, appel à une approche de précaution vis-à-vis des potentiels risques pour la santé.

Une partie des résultats du professeur Aubineau, et de 7 autres projets, sont disponibles sur le site internet du projet COMOBIO. (http://www.tsi.enst.fr/comobio/resultats/SP6.htlml) Backup de la page

@+ Jay

Publicités

7 réflexions sur “Migraine et portable, des pistes déjà en 2001

  1. Fascinant, merci! — André Fauteux, éditeur Magazine La Maison du 21e siècle (et son supplément Maison saine) info@maisonsaine.ca http://www.maisonsaine.ca tél/fax : 450 228-1555 2955, rue du Domaine-du-lac-Lucerne Sainte-Adèle Qc J8B 3K9

    Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. – Arthur Schopenhauer

    >

  2. Bonsoir Jay, Merci pour cet article. Est ce que « l’affaire » a été enterré par les opérateurs télécom ? Comment avez vous déniché cet article ? Si on le diffusait, ça ferait quoi ? J’en ai tellement marre d’être prise pour une folle…. Bon dimanche Sev

    • Je suis pas convaincu que cette affaire en soit ne fasse l’objet d’un intérêt particulier et qui pourrait changer quoi que ce soit.

      J’ai trouvé cet article via un tweet du journal Microwavenews.com et que vous pouvez trouvez la source en début d’article.

      L’intérêt ici c’est de connaître les intervenants comme le professeur Veyret ou comme dans la vidéo, le professeur De Sèze qui devront bien un jour répondre de leurs prises de positions.

      Surtout que c’est ce dernier qui s’occupe de l’étude Cochin sur l’électrosensibilité et ça permet aussi de comprendre pourquoi cette étude sera menée de la même manière que COMOBIO.

      Bon dimanche aussi.

      @+ jay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s