Les cafards plus sensibles aux ondes du portable que celles du nucléaire ?

Source : Mobile phone radiation harmful for a cockroach’s health: Study – livemint.com – 25/12/2017

New Delhi : Un cafard peut survivre à un souffle d’une explosion nucléaire, mais les radiations du téléphone portable ne seraient pas bonnes pour sa santé, c’est ce qu’aurait constaté une étude scientifique sur cet insecte.

Ces résultats proviennent d’une étude scientifique menée par le département de zoologie de l’université de Thiruvananthapuram et viennent d’être publié dans la revue scientifique « Current science » ce lundi.

L’exposition des Periplaneta Americana (Cafard adulte mâle) aux radiations électromagnétiques émises par les téléphones portables et il en résulte un changement drastique des différents systèmes enzymatiques à l’origine des tissus adipeux et du profil hématologique, constata cette étude récemment publiée.

Hématologie se caractérise par l’analyse des paramètres sanguins

Les portables font partie de notre vie de tous les jours mais ces dernières années, des inquiétudes émergent au sujet de l’effet des radiations qu’ils émettent sur la santé humaine même si pour l’instant, il n’y pas de preuves évidentes de leurs nocivités.

Cette étude a constaté un déclin notable de la teneur en protéines des tissus adipeux accompagnés d’une augmentation des acides aminés libres. La teneur en glucose et en acide urique a aussi fortement augmenté dans les cellules graisseuses. La part de l’acétylcholine, un chimique organique, a quant à elle augmenté au niveau du système nerveux central. Après 3 heures d’exposition aux radiofréquences, les organismes devenaient inertes et léthargiques.

Cette étude conclut qu’une « exposition continue aux radiations électromagnétiques des téléphones portables peut en résulter un large éventail d’effet au niveau du cerveau, des neurones, des cellules en développement et des systèmes enzymatiques » du cafard.

« Elle explique clairement les bases physiologiques et biochimiques des effets néfastes des radiations électromagnétiques et de ce fait, elle est un avertissement pour une utilisation plus judicieuse du téléphone portable ».

En 2015, les parlementaires ont exprimés des réserves au sujet de la prolifération des pylônes de téléphonie mobile à travers les villes indiennes et des effets des radiations électromagnétiques qu’elles émettent. Il a été demandé au département des télécommunications de mettre en place une régulation et des directives au niveau des locations et des contrôles concernant ces pylônes. (NDRL : Alors que l’ICNIRP faisait du lobbying pour l’augmentation des normes d’exposition en Inde)

Le comité parlementaire sur les sciences et les technologies, de l’environnement et des forêts, dont le membre du congrès, Ashwani Kumar en occupe la présidence, a aussi demandé à ce département de continuer à mener des études scientifiques afin de déterminer le niveau de risque et de connaître les effets délétères des radiations électromagnétiques.

@+ Jay

Publicités

2 réflexions sur “Les cafards plus sensibles aux ondes du portable que celles du nucléaire ?

  1. En lisant l’étude on se rend compte qu’elle a été faite avec un échantillon de 15 cafards, c’est vraiment très insuffisant pour conclure quoi que ce soit ! Donc déjà on peut dire que les effets des téléphones portables sur les cafards ne sont pas avérés sur la base cette étude.
    Et à priori, il n’y a rien qui permette de généraliser à l’homme ce qu’il passe pour le cafard, d’ailleurs c’est exactement ce que suggérerait une des phrases de l’introduction « le souffle d’une bombe atomique ne tue pas le cafard », mais est-ce que pour autant on en conclue que ce serait pareil pour l’homme ?
    Donc peut-être que les ondes électromagnétiques ont des effets sur l’homme ou même sur les cafards, mais cette étude ne le démontre pas.

    • même si la cohorte est faible, ça n’annule par le fait qu’il y ait eu un groupe de contrôle et qu’il y ait eu des différences entre les deux groupes. Après, comme toute étude scientifique, elle demande a être répliqué et il est tout à fait possible de partir sur une cohorte plus importante. Pour finir, l’effet sur une espèce n’est pas forcément le cas chez l’homme mais si vous avez lu l’étude en question vous auriez lu qu’il mettait ces résultats en perceptives avec l’effondrement des ruches des abeilles ce qui à un impact non négligeable sur notre environnement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s