Figaro santé et les ondes : le retour des cornichons…

Bien évidemment je ne parle pas de la journaliste du site Figaro Santé, ni du scientifique de l’AFIS/SFRP mais du sophisme induit qui vise à comparer les cornichons et les radiofréquences sur les risques de cancer…

Quand le sujet des ondes est traité dans les médias mainstream, on ne sait jamais s’il sera traité impartialement ou au contraire avec un parti pris plus ou moins assumé. Et la participation de certains scientifiques se réclamant de la Science (la vraie, pas la fausse) rend encore la tâche plus ardue mais certains arguments qui reviennent comme un leitmotiv ne laissent au final que peu d’ambiguïté sur la chose, et le coup des cornichons en est symptomatique.

C’est donc un article du site Figaro Santé[1] qui vient d’être publié et qui va s’atteler à faire la lumière sur la question des dangers des ondes électromagnétiques de type radiofréquence et de répondre à la question : faut-il avoir peur des ondes ? Pour aider la journaliste dans sa mission, elle va s’appuyer sur deux scientifiques, le biologiste Yves Le Dréan, enseignant-chercheur à l’IRSET[2] et le physicien Sébastien Point employé par Eaton Corporation[3], membre de la SFRP et du comité de rédaction de l’AFIS[4].

Après un préambule qui montre que l’on est entouré d’ondes par les différents objets du quotidien et que des inquiétudes sont apparues à ce sujet, ce qui se traduirait par le fleurissement du marché des protections anti-onde, on rentre dans le vif du sujet avec l’explication « scientifique » de la dangerosité des différents type d’ondes. C’est à partir de ce moment que ça va se gâter puisque l’on va tomber dans la dualité des ondes ionisantes et non ionisantes…

Ondes non ionisantes : Bien / Ondes ionisantes : Pas bien

Les ondes électromagnétiques ont été segmentées en deux groupes selon leurs fréquences, les ondes dites ionisantes, qui ont la particularité de transporter assez d’énergie pour arracher des électrons aux atomes lorsqu’elles traversent la matière, ce qui peut engendrer des cancers chez les êtres vivants. Et dans l’autre groupe, on retrouve les ondes non-ionisantes, dont la fréquence est plus faible, et qui n’ont pas cette capacité mais en revanche certaines, à partir d’un certain niveau de puissance, peuvent engendrer une friction des molécules d’eau et provoquer un effet thermique, c’est le cas des radiofréquences.

L’article met bien en relief cette différence, mais lorsqu’il laisse entendre que plus on descend dans les fréquences, en l’occurrence dans le spectre de la lumière visible et des infrarouges, plus les ondes seraient inoffensives. Je vous laisse donc mettre votre main dans la flamme d’une bougie (rayon infrarouge) pour comprendre que ça peut aussi avoir des répercussions sur les tissus biologiques. L’article ne prend tout simplement pas en compte les paramètres de temps et d’énergie accumulée par les tissus engendrés par ces ondes.

Le raisonnement de l’article se déroule assez logiquement, quand on descend dans le spectre des radiofréquences, « on limite encore à priori les risques ». Et quand l’article parle de risque, c’est sous-entendu le risque cancérogène car quand Il est indiqué que l’énergie associée à ces ondes n’est pas suffisante pour abîmer les tissus », mais est « suffisante pour faire vibrer les molécules d’eau », une brûlure par micro-onde abîme bien les tissus[5], d’ailleurs le risque est bien évoqué dans le cas où l’on serait trop proche d’une antenne relais. Mais là n’est pas la question, le but de cette partie est tout simplement d’assimiler le risque cancérogène aux seules fréquences ionisantes pour dédouaner les radiofréquences. Mais de toute façon ce n’est pas grave, on a des super normes qui nous protègent.

Crédit photo : wikiversity.org – Ploufandsplash

Des normes drastiques, sérieux ?

Dès le départ, il semble qu’il y ait un petit pédalage dans la semoule concernant l’explication des normes, c’est ballot pour une membre de l’Association des journalistes scientifiques. En effet, il y a comme une confusion entre le Débit Absorption Spécifique (DAS), norme qui concerne les appareils qui émettent des radiofréquences comme les téléphones portables ou les tablettes, et qui est exprimé en Watt par kilogramme. Et les normes d’exposition des infrastructures comme les antennes de téléphonie mobile et qui sont exprimées en Volt par mètre, pas trop la même chose…

Outre cette méprise, les normes[6] sont-elles vraiment drastiques ? concernant le DAS, il fut un temps pas si lointain (avril 2016) où ce n’était pas vraiment le cas[7]. Les industriels avaient la possibilité d’effectuer les mesures avec une distance de tolérance, jusqu’à 25 mm entre le portable et le mannequin de test dans le cadre du DAS tronc. Quand on sait que l’exposition est inversement proportionnelle au carré de la distance de la source, pour faire court, plus vous éloignez le téléphone de votre corps, plus votre exposition diminue drastiquement et dans le cadre du modèle de mesure, plus le DAS devient faible.

D’ailleurs, l’agence nationale des fréquences (ANFR) a publié une partie des mesures DAS des téléphones sur le marché, dont certaines à même le corps[8] suite en partie à l’action du Docteur Marc Arazi dans le cadre du scandale du Phonegate[9]. De plus cette agence a dû retirer de la vente certains portables comme le NEFFOS X1 TP902 de TP-LINK qui dépassait la norme du DAS [10]. Mais même à l’heure actuelle, il existe une distance de 5 mm qui est autorisée ce qui fait que la limite des 2W/kg qui devrait nous protéger des effets thermiques peut être légalement dépassée.

Et pour la petite histoire, vous voulez savoir comment on a établi cette norme des 2W/kg ? c’est assez simple, vous exposez des animaux aux radiofréquences pendant quelques dizaines de minutes et quant à un certain seuil il y a un changement comportemental ou une baisse des performances dans des travaux prédéfinis[11,12,13], c’est qu’il y a un effet positif (thermique). C’est comme ça que les scientifiques en ont conclu qu’aux environs de 4W/kg, ce n’était pas top pour la santé à court terme. Ensuite, ils ont adopté une marge de sécurité, un peu au doigt mouillé, et ils ont estimé que 2W/kg ça semblait pas mal et voilà une norme de sécurité sur des études qui datent des années 80 pour des dispositifs qui n’existaient pas encore à l’époque…

Concernant les antennes-relais, les normes sont donc exprimées en volt par mètre et varient selon les fréquences, la norme limite d’exposition est comprise entre 41 à 61 V/m. Selon le biologiste Yves le Dréan, l’exposition constatée « varie de 1 à 5% du maximum autorisé ». Si les normes étaient réellement si drastiques, on peut se demander pourquoi l’industrie des télécommunications ne les exploite pas à fond. Mais surtout, ce que ne dit pas ce biologiste, c’est que selon les rapports annuels de l’ANFR, il a été constaté des points atypiques, des zones où l’exposition est beaucoup plus importante[14], et c’est normal car grâce à ces normes « drastiques », l’industrie peut ajuster la puissance de ses émetteurs afin de maximiser la portée et donc avoir un coût d’infrastructure moindre (moins d’antennes), elles sont donc clairement laxistes… Mais de toute façon ce n’est pas grave, ça pose aucun souci de santé.

Notabene : pour rappel, le conseil de l’Europe a adopté un texte en 2011 qui recommandait « de fixer un seuil de prévention pour les niveaux d’exposition à long terme aux micro-ondes en intérieur, conformément au principe de précaution, ne dépassant pas 0,6 volt par mètre, et de le ramener à moyen terme à 0,2 volt par mètre[15] », mais ça devait être un peu trop drastique…

Ondes et santé, les cornichons à la rescousse

Pour les deux chercheurs, la question des ondes électromagnétiques issues de la téléphonie mobile sur la santé a été assez approfondie et bien sûr les résultats de cette recherche sont plutôt « rassurants ». Et quand bien même certaines études auraient mis en évidence des effets biologique, elles n’auraient pas pu être répliquées. Sauf que certaines études ont été financées par les industriels et il a été démontré que « les études financées par l’industrie sont moins susceptibles de suggérer des effets sur la santé » [16]. Petite illustration, la réplication des travaux du professeur Bastide[17] qui démontrait un effet des ondes sur les embryons de poulet, avait été répliquée avec succès[18] mais l’interprétation des résultats avaient dédouané les ondes, inutile de vous dire que c’était financé par l’industrie… (et chaperonné par un membre de la SFRP… oups)

Le problème quand on essaye de chouchouter les ondes, c’est quand on commence à évoquer le classement des radiofréquences dans le groupe 2B, comme cancérogène « possible »[19], par l’organisation mondiale de la santé (OMS) et plus précisément par l’une de ses branches, le centre de recherche internationale sur le cancer (CIRC). Car malgré des études épidémiologiques « rassurantes », l’étude interphone[20] avait relevé une augmentation de la probabilité du risque de développer un cancer pour les plus grands consommateurs de téléphonie mobile. Dans ces cas-là, la technique pour affaiblir l’argument c’est de comparer les ondes à un autre agent évalué dans le même groupe et qui paraît bien inoffensif pour la population, les cornichons sont tout trouvés pour cette tâche.

La classification de l’OMS repose sur le niveau de preuve de la dangerosité et non la dangerosité en elle-même des agents. Du coup, quand cet argument est avancé tel quel, il est possible de faire l’amalgame et ainsi se laisser berner par ce genre de sophisme induit. Par exemple, la viande transformée et le plutonium 239 sont dans le même groupe 1 et pourtant on comprend bien qu’une comparaison entre les deux serait un poil farfelue[21]. Ce qui pose question quant à l’impartialité de cet article puisque la première a avoir utilisé ce type d’argumentation était la Fédération Française des Télécoms qui l’avait employée lors de la déclaration du classement des ondes par l’OMS en 2011[22]. Repris par la suite par un article à charge de Que Choisir qui visait à décrédibiliser les associations anti-ondes et par là même, peser sur les débats législatifs sur la loi Abeille… Ironie du sort, cet article intervient juste après la publication du rapport final du NTP qui montre un effet cancérogène des radiofréquences[23].

« Pas de catastrophe sanitaire en vue », rien n’est moins sur…

Il va de soi pour Sébastien Point de la SFRP, les données scientifiques sont rassurantes que ça soit pour les études épidémiologiques ou les études biologiques tout en citant l’AFIS. On évitera bien sûr de citer les études du professeur Hardell[24,25], ni l’étude CERENAT[26], qui renforcent les preuves épidémiologiques du risque de tumeur au cerveau. Et encore moins l’étude d’ampleur américaine du NTP qui précise encore plus ce risque cancérogène, dont un panel d’expert a déclaré qu’il y avait la présence de preuves évidentes de risque de cancer en ce qui concerne les Schwannomes du cœur chez le rat mâle[27]. Le même type de cancer que dans les schwannomes vestibulaires, aussi appelés neurinomes acoustiques, et que l’on retrouve aussi chez les gros consommateurs de téléphonie mobile dans certaines études épidémiologiques.

Pour parachever le tableau assez « réconfortant » de la question des ondes électromagnétiques, l’article va finalement évoquer la question des électrosensibles, les personnes qui se disent malade des ondes et dont je suis devenu officiellement membre depuis 2010. Sur ce sujet, le scientifique de la SFRP va s’appuyer sur le dernier rapport de l’ANSES[28] qui considère que les symptômes des malades étaient réels, mais non corrélés avec les ondes, sauf que la majorité des études de provocation sur lesquelles l’agence sanitaire se repose ne se base que sur la détection à très court terme et d’un type réduit de radiofréquences, et non l’objectivation des symptômes et leurs corrélations dans le temps avec l’exposition, par analogie, c’est comme-ci vous ne pourriez pas avoir de coup de soleil parce que vous seriez incapable de dire quand votre seuil de tolérance aux UV a été dépassé.

Ce type de propagande n’est pas nouveau, et il semble que le site de l’AFIS, dont le scientifique de la SFRP est membre du comité de rédaction, ne soit pas assez suffisant pour propager la bonne parole. Lors du rapport intermédiaire du NTP, nous avions eu droit à un article sur Atlantico.fr[29], quand un électrosensible avait fait reconnaître un malaise sur son lieu de travail par la justice, un petit article sur LinkedIn[30] et il ne fait que peu de mystère que cet article soit lié à la sortie du rapport du NTP. On voit bien la stratégie d’occupation de l’espace médiatique depuis un certain temps mais ce qui m’interloque le plus, c’est que ces scientifiques n’ont pas l’air d’avoir conscience que si d’aventure l’effet sanitaire se concrétise, l’histoire les cataloguera comme responsable d’avoir fait l’apologie d’une technologie mortifère imposée à des populations à une échelle encore jamais vue…

@+ Jay

1. Figaro santé – Santé: faut-il avoir peur des ondes électromagnétiques? : http://sante.lefigaro.fr/article/sante-faut-il-avoir-peur-des-ondes-electromagnetiques-/
2. Profil d’Yves le Dréan – IRSET.org – https://www.irset.org/interlocuteurs/le-drean-yves-0
3. Profil Viadeo de Sébastien Point – viadeo.com – http://fr.viadeo.com/fr/profile/sebastien.point2
4. Comité de rédaction de l’AFIS – pseudo-sciences.org – https://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article313
5. Brûlure par micro-onde – Wikipédia.org (Anglais) – https://en.wikipedia.org/wiki/Microwave_burn
6. Normes de l’ICNIRP -ICNIRP.org – https://www.icnirp.org/cms/upload/publications/ICNIRPemfgdl.pdf
7. DAS, la fin de l’illusion – electrosensible.info – https://electrosensible.info/2017/06/25/das-vers-la-fin-de-lillusion/
8. Mesures des DAS de 499 téléphones portables – anfr.fr – https://data.anfr.fr/explore/dataset/das-telephonie-mobile/?disjunctive.marque&disjunctive.modele
9. Site de l’association du Docteur Marc Arazi – phonegatealert.org – https://www.phonegatealert.org/
10. NEFFOS X1 TP902 : Retrait de commercialisation du téléphone – anfr.fr – https://www.anfr.fr/toutes-les-actualites/actualites/telephone-neffos-x1-tp902/
11. Stern et al. 1979 – Microwaves: effect on thermoregulatory behavior in rats. – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/505008
12. Adair and Adams 1980 – Microwaves modify thermoregulatory behavior in squirrel monkey – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7284012
13. Lorge and Ezell 1980 – Observing-responses of rats exposed to 1.28- and 5.62-GHz microwaves – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7284023
14. Premier rapport de l’ANFR sur les points atypiques – electrosensible.info – https://electrosensible.info/2018/01/01/anfr-premier-rapport-sur-les-points-atypiques/
15. Résolution 1815 de 2011 de l’assemblée parlementaire européen – assembly.coe.int – http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-fr.asp?fileid=17994&
16. Sources de financement et études expérimentales sur les effets sur la santé du téléphone mobile : Mise à jour d’une revue systématique – https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1631070510001465
17. Toxicologic Study of Electromagnetic Radiation Emitted by Television and Video Display Screens and Cellular Telephones on Chickens and Mice – doi.org – https://doi.org/10.1177/1420326X0101000503
18. Effects of exposing chicken eggs to a cell phone in « call » position over the entire incubation period – nih.gov – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18255134
19. Le CIRC classe les champs électromagnétiques des radiofréquences comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » – iarc.fr – http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf
20. Brain tumour risk in relation to mobile telephone use: results of the INTERPHONE international case-control study – nih.gov – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20483835
21. Liste des cancérogènes du groupe 1 du CIRC – Wikipédia.org – https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_canc%C3%A9rog%C3%A8nes_du_groupe_1_du_CIRC
22. Portables dangereux? La Fédération des télécoms conteste – youtube.com – https://www.youtube.com/watch?v=hGdkRP6GlgE
23. Étude du NTP : rapport final – electrosensible.info – https://electrosensible.info/2018/11/03/etude-du-ntp-le-rapport-final/
24. Case-control study of the association between malignant brain tumours diagnosed between 2007 and 2009 and mobile and cordless phone use – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25466607
25. Use of mobile phones and cordless phones is associated with increased risk for glioma and acoustic neuroma – nih.gov – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23261330
26. Mobile phone use and brain tumours in the CERENAT case-control study – nih.gov – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24816517
27. Actions from Peer Review of the Draft NTP Technical Reports on Cell Phone Radiofrequency Radiation – nih.gov – https://ntp.niehs.nih.gov/ntp/about_ntp/trpanel/2018/march/actions20180328_508.pdf
28. Hypersensibilité électromagnétique ou intolérance environnementale idiopathique attribuée aux champs électromagnétiques – ANSES – https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2011SA0150Ra.pdf
29. Lien entre cancers et téléphones portables : la communication tendancieuse qui s’est organisée autour du rapport américain sur les ondes électro-magnétiques – Altantico.fr – https://www.atlantico.fr/decryptage/2730285/lien-entre-cancers-et-telephones-portables-la-communication-tendancieuse-qui-s-est-organisee-autour-du-rapport-americain-sur-les-ondes-electro-magnetiques-anne-perrin
30. Médiatisation d’un jugement en faveur d’un électrosensible : à qui profite vraiment le buzz ? – linkedin.com – https://www.linkedin.com/pulse/m%C3%A9diatisation-dun-jugement-en-faveur-%C3%A9lectrosensible-%C3%A0-souques/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.