Bibliothèques parisiennes, derniers refuges pour les électrosensibles ?

J’avais déjà traité de la question de l’exposition aux radiofréquences dans les lieux publics et qu’il y avait déjà des initiatives qui allaient à contre-courant du tout sans-fil, si à la mode en ce moment, notamment avec la décision de ne pas déployer de réseau WIFI au sein de la BNF.

Une autre initiative de ce type vient d’être lancée ce 7 juillet par le Comité d’Hygiène, de sécurité et des Conditions de Travail de la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris.

Plusieurs avis ont été adoptés afin de réduire l’exposition aux radiofréquences de son personnel et des usagers notamment en essayant d’instaurer des zones blanches dans une partie des locaux comme les espaces jeunesse des bibliothèques.

Un des avis précise que « tant pour le personnel que pour les usagers doivent exister des lieux publics et des lieux de travail qui protègent les personnes électro-hypersensibles et ne les excluent ni de la vie professionnelle, ni de la vie sociale »

Les membres du CHSCT se sont également prononcés en faveur d’une baisse générale de l’exposition aux ondes pour tous et de l’utilisation de tablettes filaires dans l’ensemble des établissements de la Direction des Affaires culturelles recevant du jeune public.

« Cela devrait passer par l’équipement filaire partout où cela est possible, par l’installation préalable de logiciels pédagogiques dans les tablettes des enfants, pour mieux les protéger, mettre les agents à l’abri et permettre aux personnes électro-hypersensibles de fréquenter ou de travailler dans ces bibliothèques »

Comme l’a indiqué au Parisien Bruno Julliard, l’adjoint à la culture de la vielle Paris, « La Direction des affaires culturelles respecte déjà la loi, puisqu’il a été décidé, depuis plusieurs années, de ne pas déployer les bornes WIFI dans les espaces jeunesse des bibliothèques »

« Toutefois on peut difficilement éviter l’intrusion d’ondes WIFI par d’autres sources, ou dans ces petits espaces ! Nous sommes conscients des inquiétudes. L’idée n’est pas du tout d’amplifier le phénomène des ondes, mais le principe est d’appliquer la loi. Celle-ci ne demande pas de faire de nos bibliothèques des zones blanches! »

Il est vrai que la loi est loin de demander la mise en place de zone blanche, en revanche elle interdit l’utilisation du WIFI dans les lieux accueillants les enfants de moins de 6 ans et un décret devrait définir les modalités d’application de l’objectif de sobriété en ce qui concerne les établissements accueillants des personnes vulnérables.

La Mairie aura deux mois pour se prononcer sur les avis que vient d’adopter le CHCST et comme le dit l’adjoint à la culture, la WIFI n’est qu’un aspect de la question des ondes, les antennes-relais et les téléphones portables dans ces environnements sont potentiellement autant problématique pour les personnes électrosensibles.

Il est peut-être encore trop tôt pour que les électrosensibles puissent devenir bibliothécaire dans la ville de Paris mais en tout cas, ça prend la bonne direction pour nous laisser un peu moins à l’écart de la société française, chose assez rare ces derniers temps.

@+ Jay

Source : Leparisien.fr | daccgtculture.over-blog.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s