Norvège : Des smartwatchs pour enfant non conformes

On est à quelques semaines de noël et en cette période, le sapin devait être bien fourni en cadeau pour pas mal d’enfants. Et parmi ces cadeaux, des montres connectées ont dû y prendre place combien même l’ANSES avait déjà alerté sur la question de ces nouvelles technologies à destination des plus jeunes.

Cependant, comme le révèle l’Autorité nationale des communications norvégienne (NKOM), l’équivalent de l’ANFR pour la France, a rédigé un communiqué sur le défaut de conformité pour 18 montres de ce type ce 16 janvier. Les résultats de son enquête montrent que les détaillants et les importateurs n’ont pas suffisamment vérifié techniquement ces montres avant leur introduction sur le marché norvégien.

Les points de contrôle portaient notamment sur l’étiquetage du produit, l’emballage et la documentation ainsi que la vérification des informations requises par l’utilisateur accompagnant la montre et aucune de celles-ci ne satisfaisaient à l’ensemble des exigences de la réglementation sur les appareils radioélectriques.

Les manques allaient de l’absence du marquage CE, l’absence dans la documentation des normes auxquelles le produit a été testé comme notamment la non-présence de la valeur du débit d’absorption spécifique (DAS) qui indique le niveau d’exposition auquel est soumis l’enfant lors de l’utilisation de ce type de produit.

Pour la directrice de cette agence, Elisabteth Aarsæther, « Les résultats de notre enquête indiquent que pour certains produits, il existe une incertitude considérable quant à savoir s’ils répondent réellement aux exigences techniques. Les montres sont destinées a être portées par des enfants, et nous pensons qu’il est inquiétant qu’il n’y ait aucune information sur les valeurs du DAS , c’est-à-dire si l’équipement répond aux exigences aux niveau des radiations émises ».

Les conséquences de la non-conformité de ces appareils peuvent engendrer une émission sur des mauvaises fréquences, un risque de créer des interférences avec d’autres équipements électroniques ou être au contraire sujet à ce type de dysfonctionnement. De plus, l’équipement pourrait émettre à des niveaux supérieurs aux valeurs-limites réglementaires.

Les importateurs et les distributeurs sont considérés comme responsables des équipements qu’ils distribuent selon la législation européenne. Par conséquent ils ont la responsabilité de vérifier leurs produits, du bon étiquetage de l’emballage, que toutes les informations à destination de l’utilisateur final soient présentes et enfin qu’il y ait la présence d’un certificat de conformité à la réglementation en vigueur.

Un avis de décision a été envoyé aux différents acteurs incriminés dans l’importation de ces montres connectées en mentionnant les corrections à effectuer. Ces importateurs et les distributeurs auront donc l’opportunité de proposer des solutions pour corriger les manquements aux différents règlements qu’ils enfreignent.

Cette agence rappel que ces montres connectées pour enfant contiennent des émetteurs et des récepteurs radio comme le Bluetooth, le GSM, le WIFI ou encore GPS. Ils sont donc couverts par le règlement sur le matériel radioélectrique et doivent répondre aux exigences des directives européennes en plus des exigences administratives et techniques pour l’importation et la vente au sein de la Norvège.

@+ Jay

Source : nkom.no

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.